Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: deux suspects aux arrêts dans l’enquête sur le ballon aérostat tombé à Buta

Published

on

RDC: deux suspects aux arrêts dans l'enquête sur le ballon aérostat tombé à Buta

Vingt quatre heures après la chute d’un engin spatial dans le village de Bulamakete situé à 5 km de la cité de Buta, chef- lieu de la province du Bas-uele, une enquête est ouverte pour essayer de répondre à tous les questionnements. C’est le gouverneur de province, Valentin Senga, qui l’a annoncé après avoir effectué une descente sur le lieu de l’atterrissage de la machine le mardi 25 août 2020 aux premières heures.

‘Je ne crois pas que ça soit un satellite. Il s’agit plutôt d’un ballon avec panneau solaire et une sorte de pièce motrice qui constitue un mémoire”, a expliqué le gouverneur de province, Valentin Senga. Ce dernier a signalé par ailleurs l’arrestation de deux suspects ayant tenté de dérober les pièces de l’engin. Il s’agit d’un congolais et d’un ressortissant pakistanais identités comme employés de la société Jeffrey Travels en connection avec Ethiopian Airways. Tantôt ils disent qu’ils ont une société privée. ”Après l’audition du parquet, l’on pourra savoir pourquoi ils ont lancé cet appareil et leurs intentions, mais aussi connaître les propriétaires’‘, a martelé le gouverneur de province, Valentin Senga.

Mais le vice-gouverneur de la province du Bas-Uélé, Jean Fidèle Tengbuti Mambe, a dans un communiqué affirmé que l’engin était un “ballon Loon” ayant “pour utilité probable la fourniture de la connexion internet dans les milieux ruraux“.

Le site StratoCat, spécialisé dans le suivi des ballons stratosphériques, a pour sa part précisé qu’il s’agissait du ballon avec l’indicatif #HBAL166, assigné aux opérations kenyanes du projet Loon, et de sa charge utile.

Il avait été lancé le 23 avril dernier de l’île de Porto Rico, un territoire américain des Caraïbes.

Durant les 123 jours d’opérations, il a parcouru 129.146 kilomètres, principalement autour du continent africain, a expliqué StratoCat sur Twitter.

Les ballons de Loon sont envoyés dans la stratosphère, à 20 kilomètres environ de la surface de la Terre, et possèdent une autonomie supérieure à 100 jours. Leur toile est faite de polyéthylène, d’une taille équivalente à celle d’un court de tennis.

Initialement conçus pour dériver dans la stratosphère, les ballons sont désormais équipés de systèmes de navigation, alimentés par des panneaux solaires, qui permettent de les maintenir au-dessus d’une zone spécifique.

Patrick BOMBOKA

Advertisement

Edito