Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Félix Tshisekedi exige aux ministres des ITP et Mines d’évaluer le contrat sino-congolais

Published

on

Le Président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix-Antoine Tshisekedi, veut voir clair dans les contrats sino- congolais.

C’est dans cette optique qu’il a demandé au Ministre d’Etat, Ministre des Infrastructures et Travaux Publics de présenter, à la vingt et unième réunion du Conseil des Ministres, l’état des lieux de l’exécution technique et financière des projets inscrits dans le contrat dit sino-congolais.

La Ministre des Mines est invitée, elle-aussi, d’en faire autant dans son secteur.

Félix-Antoine Tshisekedi l’a dit au cours de la dix-neuvième réunion du Conseil des Ministres du ce vendredi 10 septembre 2021.

D’après les observations faites par le Chef de l’Etat congolais, les contrats sino-congolais avient pour objectif principal d’aider la RDC à capitaliser toutes les sources disponibles de financement des infrastructures.

En effet, la République Démocratique du Congo accuse un important déficit en termes d’infrastructures.

Cette réalité constitue une entrave à son développement.

Pour pallier à ce déficit, en 2008, dans le souci de capitaliser toutes les sources
disponibles de financement des infrastructures, la RDC avait signé le contrat sino-congolais qu’il avait renégocié en 2009.

L’exécution des grands projets d’infrastructures inscrits dans ce cadre avait été interrompue, notamment, pour des raisons techniques liées à l’insuffisance d’énergie électrique pour la production minière. Ce problème étant réglé par le lancement imminent de la centrale de Busanga, la mise en œuvre de ces projets devrait être relancée sans tarder.

Entre-temps, le Président de la République a indiqué qu’il s’attèle à trouver des solutions à court, moyen et long terme de manière à mettre le pays sur les rails du développement en promouvant les structures et mécanismes visant à assainir le climat des affaires et ainsi dégager des ressources pour la construction des infrastructures et permettre au pays d’être relié et faciliter les transactions.

Les deux ministres précités ont donc l’obligation de veiller aux intérêts de la partie congolaise dans ces contrats sans négliger la part qui revient de droit aux partenaires chinois qui ont investi des capitaux importants dans ces contrats.

Que savoir de contrats sino-congolais?

A ce sujet, il faut souligner que jusqu’à fin 2020, l’investissement cumulé activement mobilisé aux infrastructures de la RDC a atteint 1,006 milliard USD dont 982 millions USD affectés.

A noter aussi que 43 contrats d’infrastructures ont été conclus, qui couvrent toute l’étendue du pays. Ces précisions ont été apportées par le Directeur Adjoint du Secrétariat Général de la Sicomines dans une interview exclusive accordée à zoom Eco.

D’après la même source, plus de 480 km de voiries ont été successivement construits.

Dans le lot des infrastructures, il y a, à Kinshasa, le Boulevard du 30 juin, l’Avenue du Tourisme, le Boulevard Triomphal et le boulevard du Lumumba.

A Kolwezi, on compte la réhabilitation et modernisation de la Voirie de Kolwezi.

Selon une source de l’ACGT, « Tout ce que vous voyez à Kinshasa,à 80% ce sont les infrastructures des routes issues du programme de la coopération avec la Chine ».

Il faut aussi compter près que 100 000 m2 de bâtiments et ouvrages construits tels que l’hôpital du Cinquantenaire et l’Esplanade du Palais du Peuple à Kinshasa.

Pour l’instant, des projets routiers pour une longueur totale de 629 km et un projet de stade d’une superficie plus de 13 000 m2 sont en construction.

Dans le souci de bien évaluer ces contrats, le Gouvernement a initié la revisitation de l’accord minier conclu avec la Chine.

Les experts du Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) sont d’ailleurs en plein réexamen du gigantesque contrat « minerais contre infrastructures » conclu en 2017 entre la RDC et les entreprises chinoises Sinohydro Corp et China Railway Group, selon des sources internes du Gouvernement congolais.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de réajustement de tous les contrats miniers au pays, tel qu’annoncés en mai dernier par le Président Félix Tshisekedi.

Selon le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, l’objectif de ce réexamen est de s’assurer que le partenariat est « équitable » et « efficace ».

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito