Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: JDH invite les journalistes à travailler dans le respect du code d’éthique et des lois en vigueur

Avatar of La Rédaction

Published

on

4B6339B4 EFE4 4BA2 B412 5CE99313B567

L’association sans but lucratif « Journalistes pour les droits humains » (JDH) appelle les professionnels des médias de la RDC à travailler en tout professionnalisme, dans le respect du code d’éthique des journalistes congolais et les lois du pays.

Cette interpellation a été faite dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes et les médias, célébrée le mardi 2 novembre 2021.

Selon cette Organisation non gouvernementale de droit canadien qui travaille pour le développement des médias à travers le monde, cette journée célébrée dans un contexte particulier en RDC, est marqué par la pandémie de la Covid-19 qui a secoué la situation sanitaire sur toute l’étendue de la République, l’Etat d’urgence dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, les pressions politiques pour l’organisation des élections en 2023 ainsi que les intimidations et menaces dont les journalistes congolais font l’objet.

Évoquant le rapport de « Journaliste en danger » qui dit avoir enregistré 110 cas d’attaques des journalistes et des médias, l’Asbl JDH dit joindre sa voix à celles d’autres organisations pour dénoncer cette situation qui paralyse le travail des professionnels des médias en RDC.

À cet effet, JDH recommande au Gouvernement congolais de protéger tout journaliste œuvrant dans ce pays, à travers la dépénalisation de délit de presse et de doter le pays d’une loi d’accès à l’information afin de mettre fin à l’impunité des crimes que subissent les journalistes en RDC.

Pour JDH, « mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes constitue l’un des enjeux les plus pressants pour garantir la liberté d’expression et l’accès à l’information pour tous les citoyens ».

Entre 2006 et 2020, plus de 1 200 journalistes ont été tués dans le monde et près de 9 cas sur 10 n’ont pas été élucidés.

AGNÈS KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito