Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la Banque mondiale formule trois principales recommandations pour stimuler la connectivité pour une croissance inclusive

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC la Banque mondiale formule trois principales recommandations pour stimuler la connectivité pour une croissance inclusive

Dans un rapport publié par la Banque mondiale, les experts de cette institution financière internationale ont formulé trois principales recommandations afin de stimuler la connectivité pour une croissance inclusive.

Le rapport intitulé « Inclusion numérique pour une croissance équitable. Nouvelle Loi sur les télécommunications : un catalyseur essentiel » fait état de la situation économique et financière du pays. Il fournit un examen régulier des principaux développements économiques récents en RDC et des principaux défis structurels rencontrés par le pays en matière de croissance soutenue et de développement inclusif.

Couvrant la période 2020-2021 et les tendances au premier trimestre 2022, cette 7ème édition examine comment l’économie de la RDC s’est comportée face à des chocs défavorables en vue d’améliorer la résilience du pays. Elle analyse l’impact de la pandémie de Covid-19 et de la reprise mondiale, ainsi que l’impact le plus récent de la guerre en Ukraine sur les principaux agrégats macroéconomiques de la République Démocratique du Congo (RDC).

Le rapport met l’accent sur l’importance du développement numérique pour la réduction de la pauvreté et la croissance inclusive. Il s’appuie sur la percée critique de la nouvelle Loi sur les télécommunications pour améliorer la connectivité et réduire la fracture numérique, tout en exposant les autres défis.

Les trois principales recommandations adressées au Gouvernement en vue de promouvoir le développement numérique pour une croissance inclusive sont les suivantes :

1° Mise en œuvre de la législation secondaire nécessaire pour l’entrée en vigueur de la nouvelle Loi. Il s’agit notamment des décrets visant à créer la nouvelle autorité de régulation et l’établissement public chargé de promouvoir les télécommunications et les TIC, et à mettre en place le FSU. D’autres décrets déterminant les conditions et modalités d’octroi des licences, d’attribution des fréquences, d’interconnexion, de partage des infrastructures et de protection des données seront également essentiels pour concrétiser les avantages de la nouvelle Loi.

2° Développement du réseau dorsal national en fibre optique en mobilisant des investissements du secteur privé. Malgré des investissements récents, le réseau dorsal reste extrêmement clairsemé. Le Gouvernement doit faciliter la mise en œuvre de modèles de PPP, élaborer la législation correspondante et maintenir un dialogue avec le secteur privé. Le développement du réseau dorsal national devrait se poursuivre dans le cadre d’un plan directeur national afin d’éviter la duplication des efforts et d’optimiser l’utilité des investissements dans le service universel.

3° Promotion de la participation du secteur privé grâce à une fiscalité adéquate et des PPP. La transformation de l’économie numérique sera menée par les acteurs privés qui ont déjà commencé à se positionner sur les segments clés du marché. Compte tenu du potentiel important du secteur en RDC, le Gouvernement doit agir rapidement pour maintenir la dynamique et réformer la fiscalité afin d’atteindre un meilleur équilibre, avec des frais faibles sur une large base fiscale plutôt que des frais élevés sur une petite base fiscale, comme c’est le cas actuellement. La suppression de la taxe RAM a été bien accueillie par les consommateurs et les prestataires, mais une feuille de route crédible doit être élaborée pour accroître la confiance et réduire les incertitudes des investisseurs potentiels.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV