Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la Ministre du Portefeuille s’engage en faveur de la relance de Kisenge Manganèse

Published

on

La ministre d’État, ministre du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, a échangé, ce vendredi 14 mai 2021, en son cabinet de travail à Kinshasa, avec le Directeur Général de Kisenge Manganèse/SCMK- MN, Tshawila Kahilu Koji.

Au menu de leurs entretiens, les difficultés auxquelles fait face la société Kisenge Manganèse.

La première difficulté est d’ordre géographique.

D’après le Directeur Général de Kisenge Manganèse, cette entreprise est très enclavée.

Depuis plusieurs années, dit-il, il existe un programme devant relier cette entreprise au Centre de négoce en ville.

La deuxième difficulté concerne la commercialisation des métaux.

A ce sujet, il est prévu de relier cette entreprise au port le plus proche qui est le Port de Lobito.

« Le corridor de Lobito est resté fermé pendant plus de 30 ans, ce qui a causé un énorme manque à gagner. Avec ça, il était difficile d’évacuer la production de manganèse. Et ce n’est qu’en 2018 que nous avons commencé à évacuer », a expliqué Tshawila Kahilu Koji.

A cela, poursuit-il, il faut ajouter la difficulté de disponibilité de wagons et de locomotive pour tirer la production de l’usine jusqu’à destination.

En réaction, la ministre du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, a indiqué qu’elle sera d’un grand appui à cette entreprise pour sortir de cette situation.

Pour rappel, le gisement de manganèse de Kisenge est situé dans la province du Lualaba en territoire de Dilolo.

Découvert en 1926 et exploité à partir de 1951, le gisement de Kisenge est apprécié tant au niveau national que mondial.

Ceci emmène à constater qu’en 1960, le Congo belge était 8ème producteur de manganèse dans le monde et qu’en 1970, le Zaïre occupait encore la 11ème place dans la production de cet élément essentiellement utilisé pour la préparation d’alliages, avec 300 000 tonnes de minerais par an.

Mais le gisement, dont les droits d’exploitation appartiennent désormais à l’entreprise publique EMK-MN, était à l’arrêt depuis 1993 à cause notamment de la fermeture du chemin de fer de Benguela en Angola, suite à la guerre civile dans ce pays, mais surtout à cause du manque de financements.

Néanmoins, le gisement présente encore d’importantes réserves, dont 5 348 227 tonnes de pyrolusite à 50% de manganèse et 6 000 000 tonnes de carbonate à 35% de manganèse.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito