Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : l’INPP forme le capital humain recherché sur le marché de l’emploi !

Published

on

L’Institut national de préparation professionnelle (INPP) assure une formation du capital humain recherché sur le marché de l’emploi en RDC. Son Administrateur directeur général, Maurice Tshikuya Kayembe l’a démontré dans une matinée d’échange avec les membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), vendredi 23 mars 2018 à Kinshasa. Le thème de cette rencontre portait sur : « la Formation continue, gage de la rentabilité de l’entreprise ».

L’INPP a fait du développement des compétences humaines le socle de la compétitivité et du développement d’une entreprise. Maurice Tshikuya, qui a fait cette affirmation citée par l’ACP, a aussi  rappelé  la raison ayant  prévalu à la création de l’Institut en 1964 : celle de former l’homme selon les besoins des entreprises locales et des marchés d’emplois.

Maurice Tshikuya lors d’un atelier organisé par le Réseau de jeunes parlementaires congolais et la délégation de l’Union européenne à Kinshasa. Ph. Radio Okapi

Face à l’évolution de la technologie, le leadership de l’INPP a développé des stratégies afin d’outiller davantage le capital humain congolais dans un lien étroit avec l’emploi. C’est dans ce cadre que, soutient Maurice Tshikuya, il a été initié une étude socio-économique du milieu et une analyse des besoins en formation, avant de procéder à la mise en œuvre, l’évaluation et la certification des compétences.

« Ces objectifs sont poursuivis à l’aide d’une technologie de dernière génération  qui  permet à l’institut  de répondre aux besoins des entreprises. Les atouts de l’INPP demeurent également : la formation des formateurs dont 484 ont été formés au Japon, les  équipements didactiques modernes et les infrastructures d’accueil répondant aux standards internationaux », a – t – il indiqué.

Résultats : cette dynamique a permis à l’INPP de former en 2016 quelque 43 000 personnes contre une moyenne de 2 500 pendant plus de 40 ans. Et d’augmenter le nombre de centres de formation qui est passé de 7 à 37 sur l’ensemble du pays.

Pour ne pas briser cet élan dans une dynamique d’expansion visant la formation de nombreux jeunes congolais dans diverses filières, l’INPP entend poursuivre à la construction de nouveaux centres à l’intérieur du pays  grâce à l’appui de partenaires de la RDC. Parmi eux, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), l’Agence française de développement (AFD), la banque africaine de développement (BAD) et la coopération égyptienne.

Le patronat congolais représenté notamment par son secrétaire général, Marc ABIBU Sakleh, a salué le progrès réalisés par l’INPP ces dernières années dans sa démarche de lutter contre l’inadéquation entre la formation professionnelle et les besoins du marché d’emploi local.

Zoom Eco

Advertisement

Edito