Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : l’ODEP déplore la situation chaotique des finances publiques accentuée par un blocage institutionnel

Published

on

L’Observatoire de la dépense publique s’insurge contre la situation chaotique des finances publiques doublée d’un blocage institutionnel.

« Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo est démissionnaire depuis plusieurs mois.
Aucune orientation de l’action gouvernementale, tous les investissements sont à l’arrêt. A cela, il faut ajouter le fait que le pays peine à mobiliser les recettes publiques projetées dans la Loi des Finances de l’année », déplore l’ODEP dans un nouveau rapport publié ce 1er avril 2021.

L’Observatoire de la Dépense Publique, (ODEP) peint un tableau sombre sur tous les plans: l’absence du Gouvernement, mobilisation de recettes, dépenses de l’Etat, nouveaux investissements.

Primo, l’absence de ministres

Depuis la fin de la coalition FCC-CACH, la République Démocratique du Congo totalise quatre mois sans Conseil des ministres;

Secundo, faible mobilisation des recettes mais beaucoup de dépenses

Dans son rapport, l’ODEP fait observer que
depuis le mois de janvier 2021, il y a un déficit mensuel de 14 millions USD enregistré.

« Nous mobilisons à peine 530,6 milliards de CDF (256 millions USD) et avec des dépenses de 560,1 milliards CDF (270 millions USD) par mois, sur une trajectoire prévisionnelle de 546 millions USD», s’indigne cette organisation de la société civile.

Pour l’ODEP, l’absence des ministres sensés mettre en œuvre les mesures d’encadrement des recettes explique cette situation.

A cela s’ajoute le manque de suivi qui fait que les régies financières et les services d’assiettes travaillent comme des électrons libres.

L’Observatoire de la dépense publique dit ne pas comprendre le fait qu’au moment où qu’il y a une faible mobilisation de recettes, le Gouvernement s’emploie à recourir aux réserves de change pour payer certains besoins.

Toujours dans le lot de dépenses, cette organisation de la société civile s’oppose au fait qu’actuellement les seules dépenses effectuées sont liées aux rémunérations et fonctionnement.

« Au moment où le pays n’a pas de moyens, deux premiers Ministres sont pris en charge par l’Etat. Déjà 4,5 millions USD ont été dépensés en deux mois, soit de janvier à février. Si on y ajoute le mois de mars, nous pourrions atteindre 7 millions USD, en raison de 2,5 millions USD par mois. Au niveau de la Présidence de la République, il y a augmentation à 1 081 du personnel en charge du trésor public au niveau du Cabinet du Chef de l’Etat. Entre janvier et février, elle a dépensé 29,2 millions USD, en dépassement de 113% », constate amèrement l’ODEP.

Nadine FULA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito