Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Patrick Muyaya encourage le leadership féminin pour la prise des décisions

Published

on

Le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, a encouragé les femmes journalistes à exceller dans leur domaine.

Il l’a dit lors de son intervention à l’atelier consacré au rôle des médias dans la promotion du leadership féminin et de la participation des femmes à la vie politique et à la prise de décisions, organisé du jeudi 7 au samedi 9 juillet 2021, par l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) en collaboration bavec l’UNESCO.

En effet, Patrick Muyaya a souligné que « l’implication, la participation et la représentation égale des femmes aux processus décisionnels est essentielle pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable. C’est aussi un acte d’équité et un début de réparation d’une injustice criante.»

Selon le ministre de la Communication et médias, « dans un monde de plus en plus compétitif, il est impossible de prétendre à des avancées dans le développement humain durable sans libérer la femme et sans éradiquer toutes les formes de discriminations pratiquées à son encontre. Son rôle incontournable en tant qu’agent de développement est clairement établi. De plus, la femme est un agent de paix dont on ne peut se passer. Il est donc crucial d’avoir plus de femmes dans des postes de prise de décision. Il s’agit non seulement de favoriser un accès plus équitable et égalitaire aux lieux de pouvoir et de décision, mais aussi de créer les conditions d’une pleine participation aux processus décisionnels à tous les niveaux de la vie politique, économique et publique.C’est ici donc l’importance des médias », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Patrick Muyaya a insisté sur les cinq aspects sur lesquels les médias devraient se focaliser.
Il s’agit de:

Primo : Mobiliser des partenariats stratégiques entre différents décideurs (Gouvernement, Médias, Société Civile et Organismes Internationaux) ;

Secundo : Faciliter aux femmes l’accès aux moyens d’information et de communication ;

Tertio : Développer des mécanismes visualisant l’image positive de la femme ;

Quarto: Améliorer les capacités des institutions et organisations gouvernementales et non gouvernementales qui œuvrent en faveur de la promotion des femmes ;

Quinto: Renforcer les capacités d’autonomisation des femmes en augmentant les moyens d’action afin d’assurer la plaidoirie optimale et aspirer à une société équitable.

De son côté, le représentant de l’UNESCO, Jean-Pierre Ilboudo, a invité à la promotion et l’amélioration de l’image de la femme. Cela entraîne l’implication de professionnels de médias.

« Les médias peuvent entraver ou accélérer les avancées structurelles en faveur de l’égalité de genre du fait qu’ils jouent un rôle crucial dans la formation de perceptions, des opinions et des comportements. Ainsi, les médias se trouvent-ils particulièrement bien placés pour promouvoir la lutte contre les stéréotypes, pour refléter la réalité des femmes et des hommes dans toute sa diversité et pour encourager la parité genre », a souligné le représentant de l’UNESCO.

Notons que cet atelier offre aux professionnels de médias un cadre de discussions thématiques autour des expériences et des pratiques de l’utilisation de médias par les femmes leaders pour promouvoir la visibilité de leurs actions mais aussi par les femmes de médias en matière de collecte, traitement et de diffusion de l’information sur les activités de femmes leaders.

Agnès KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito