Connect with us

a la une

RDC : relance des filières café-cacao, un forum prévu du 18 au 20 juin 2018 

Published

on

« La relance des filières café-cacao en RDC par l’amélioration de la  productivité, de la qualité, de la commercialisation et du climat des affaires » est le thème du forum expo qui se tiendra du 18 au 20 juin 2018 à Kinshasa. Il est organisé par le ministère de l’Agriculture en partenariat avec le ministère du Commerce extérieur, de l’Office congolais de contrôle (OCC), de l’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM), le Fonds de promotion de l’Industrie (FPI), l’ANAPI, Trade mark est africa et la Fédération des entreprises du Congo (FEC).

L’annonce avait été faite au cours d’une conférence de presse tenue le 2 juin dernier à Kinshasa par les organisateurs dont le président des producteurs café-cacao assumant les fonctions du président du comité d’organisation de ces assises, Emmanuel Rwakagara.

Il sera question de dresser un état des lieux du secteur café-cacao de la RDC, tout en identifiant  des obstacles majeurs à la  production, à la transformation, à la certification, à la recherche et à la  commercialisation du café et du cacao. Cela en vue de formuler des recommandations idoines pour la promotion et la compétitivité de ces produits.

Autres objectifs, recenser et d’identifier tous les producteurs et exportateurs de ces filières, d’examiner les différents problèmes qui entourent la production, la transformation et d’encourager les producteurs à rechercher l’autosuffisance alimentaire.

Si la RDC était parmi les grands producteurs exportateurs de ces produits, cette production ne cesse de baisser depuis plus d’une décennie.

D’après M. Rwakagara, les exportations annuelles de café de la RDC atteignaient dans les années 1980 près de 120 000 tonnes, elles se sont effondrées ces dernières années pour atteindre 8 919 tonnes en 2010 pour une recette d’exportation de plus ou moins de 17 millions USD. Ce qui représente, a-t-il martelé, un manque à gagner d’environ de 235 millions USD pour l’économie congolaise.

Par ailleurs, a-t-il signifié, dans les années 70 et 80, les exportations de café dépassaient tous les autres produits  agricoles. Elles représentaient entre 10 et 15 % de la valeur totale  des exportations du pays.

A la base de cette baisse de production,  il y a la maladie du café « trachéomycose » qui sévit dans  les plantations du café robusta dans la province du Nord-Kivu, à l’ex. province Orientale et à l’Equateur ; la fraude  massive qui fait que le café congolais soit vendu sous d’autres étiquettes ; la libéralisation mal maîtrisée du secteur ainsi que les conflits  armés  récurrents.

Pour relancer ces deux secteurs, les filières café-cacao estiment que l’apport de certains services de l’Etat tels que l’OCC, l’OGEFREM, l’ANAPI, le FPI, … est déterminant. Au cours de cette conférence de presse, chacun d’eux a expliqué le degré de son intervention.

A ce sujet, l’INERA, a pris l’engagement de développer de nouvelles variétés de jeunes plantes et de nouvelles méthodes de reproduction.

De son côté, le ministre de l’Agriculture, Georges Kazadi Kabongo, a souligné la détermination du gouvernement à relancer ces filières dans le souci de diversifier l’économie du pays.

Agnès Kayembe, Bénie Mayambi et Pétra Mushikanda | Stagiaires IFASIC

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :