Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : sur fond du slogan « Basi batongi mboka », le Cercle d’affaires Pluri’Elles s’engage à booster l’entrepreneuriat féminin

Avatar of La Rédaction

Published

on

41C55045 AB01 4C86 82BE E6E588EC0F89

Le Salon Congo du Pullman Grand Hôtel de Kinshasa a servi de cadre, le vendredi 21 janvier 2022, à la cérémonie marquant le clancement officiel du Cercle d’affaires « Pluri’Elles RDC ».

Ce cercle d’affaires a pour vocation de rassembler et fédérer les femmes cadres ou entrepreneures engagées auprès des actrices du secteur informel.

La transmission des connaissances, le renforcement des capacités, l’appui à celles et ceux qui en ont besoin, Pluri’Elles se propose donc de contribuer à la création et au développement de l’entrepreneuriat féminin en République Démocratique du Congo.

Considérée comme un facteur de développement en République Démocratique du Congo, la femme est tout autant un facteur de croissance.

Dans son mot d’ouverture, l’initiatrice de ce Cercle d’affaires, Madame Marceline Kaozi, a indiqué que « Pluri’Elles » est « une initiative pour et par les femmes qui veulent briser cette fracture sociale qui nous est imposée. »

« Nous nous retrouvons ici pour le lancement officiel de Pluri’Elles. Pluri’Elles, c’est une initiative pour et par les femmes qui veulent briser cette fracture sociale qui nous est imposée. Pluri’Elles pour faire un pont par-dessus de cette frontière invisible qui fait que deux mondes, deux membres d’un même corps, deux parties d’un même peuple, deux groupes de citoyens d’une même ville ne se connaissent presque pas ou pire encore, ne se parlent même pas. De ce fait, cette séparation invisible est devenue, au fil des temps, quelque chose de normal, quelque chose qu’on a toujours toléré », a fait savoir Madame Marceline Kaozi.

D’après elle, Pluri’Elles, c’est pour que tous travaillent au processus d’appropriation des affaires au sens Pluriel par la gente féminine congolaise. Il s’agit d’un nouveau son de cloche, a-t-elle dit, et une énième façon de s’assumer entant que femmes dans le pays.

Madame Marcelline Kaozi a adressé ses sincères remerciements à l’épouse du Chef de l’Etat de la RDC, Madame Denise Nyakeru Tshisekedi, pour son implication personnelle à l’organisation et à la réussite de cet événement qui a réuni plusieurs femmes venues de divers horizons.

« Aujourd’hui, je suis la femme heureuse car je vois un rêve de plusieurs acteurs de développement devenir réalité. Mais aussi, la démonstration des stéréotypes qui disent que « Basi ba tongaka Mboka te » prendre un autre tournant avec un verbe d’action positive « Basi batongi pe bakotonga kaka Mboka ». Ce qui traduit en français veut dire les femmes ont bâti un village et elles le feront davantage. » a-t-elle conclu.

Pour sa part, la Directrice de Cabinet de la Première dame de la RDC, qui a pris la parole au nom de cette dernière empêchée, a indiqué que Madame Denise Nyakeru Tshisekedi est très flattée par cette idée ingénieuse de Pluri’Elles.

A cet effet, elle a annoncé la contribution de la Première dame de la République à cette initiative avec une enveloppe de 10 000 dollars américains, correspondant à la catégorie « Sunga » parmi les différentes catégories participatives mises en place par ce Cercle d’affaires essentiellement féminin.

Il faut noter que Pluri’Elles répond au désir d’agir concrètement pour le développement économique de la RDC.

Son ambition est donc de mettre en relation des femmes issues d’horizons différents.

L’adhésion à ce Cercle comprend l’accès à un fond de garantie « NSINSANI », à un accompagnement financier et technique par SGF, à un accès privilégié aux cadres des banques, investisseurs, business angels, à une prise en charge dans un centre hospitalier partenaire, à des formations en inclusion financière proposées régulièrement, des partages d’expériences, coaching, mentoring, ainsi que la visibilité de son business dans l’annuaire Pluri’Elles, tout ceci dans un environnement empreint de solidarité et d’équité.

Quant au sponsoring, il comprend les catégories suivantes :
• Mobokoli : 2 500 USD;
• Tonga :5 000 USD;
• Sunga : 10 000 USD;
• Bomoko :15 000 USD;
• Bomoyi : 20 000 USD.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV