Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: un garde du Parc des Virunga tué samedi suite à une attaque des ex-membres M23

Published

on

Un garde du Parc national des Virunga a été tué par balles tard dans la nuit de samedi 20 novembre 2021 à la suite d’une attaque armée contre un poste de patrouille.

D’après un communiqué de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) rendu public, ce dimanche 21 novembre 2021, l’incident s’est produit dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

« L’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (Direction Provinciale du Nord Kivu) confirme qu’une attaque a été menée le samedi 20 novembre 2021 vers 20h30 contre un poste de patrouille des gardes du Parc National des Virunga situé à proximité du village de Bukima, au sein du secteur de Mikeno, dans le Territoire de Rutshuru. Le bilan final fait état d’un décès par balles parmi les gardes. Le Brigadier en chef Mutazimiza KanyaruchinyaY Etienne, 48 ans, était entré à l’ICCN en 1995. Il laisse derrière lui une épouse et quatre enfants. Les autres gardes présents sur le lieu de l’attaque sont sains et saufs.
L’assaut fut violent. Il fut mené par une centaine d’individus fortement armés.», précise le communiqué.

Quant aux auteurs présumés de cette attaque meurtrière, l’ICCN cite comme responsables des ex-membres du M23 regroupés aux confins des frontières rwandaise et ougandaise qui cherchent à établir des bases sur le territoire du Parc National des Virunga.

Le même communiqué rappeIle qu’il y a une quinzaine de jours, ces mêmes individus avaient attaqué un poste de patrouille de l’ICCN et quitté leurs camps en direction des localités de Jomba et Bunagana.

L’intervention des FARDC, au prix de plusieurs morts dans leurs rangs, note l’ICCN, avait mis fin à ces troubles.

« L’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature condamne fermément cette nouvelle attaque », peut-on lire dans ce communiqué.

Pour rappel, les gardes de l’ICCN sont des agents de l’État chargés de l’application de la Loi sur la Conservation de la Nature. Ils n’ont pas un statut militaire et leur action ne relève pas du droit des conflits armés. Leur mandat est d’assurer la protection du patrimoine naturel congolais qui, dans le cas du Parc National des Virunga, est aussi inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO.

L’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature promet de ne ménager aucun effort pour traduire en
justice, dans le respect de la loi, les auteurs de ce nouveau crime de guerre.

Dans le respect de son mandat, l’ICCN entend continuer aussi à appuyer les FARDC afin de rétablir l’Autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national.

Spécifiquement dans le secteur de Mikeno, l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature rassure qu’il poursuivra son travail de protection des gorilles de montagne et des autres espèces animales & végétales qui font la beauté de ses paysages.

Patrick BOMBOKA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito