Connect with us

a la une

Bahati Lukwebo : « Nous devons choisir entre une légère hausse et l’assèchement total des stations services » [Audio]

Published

on

Bahati Lukwebo : « Nous devons choisir entre une légère hausse et l’assèchement total des stations services » [Audio] 1

Les pétroliers sont à leur cinquième jour de service minimum. Le carburant est vendu au compte goutte à la pompe. Entre-temps, ils continuent les discussions avec le Gouvernement au sujet de la nouvelle structure des prix.

A ce sujet, le Ministre d’Etat à l’Economie nationale, Modeste Bahati Lukwebo indique que les paramètres de l’actuelle structure de prix ont été bousculés notamment par le taux de change suite à la légère dépréciation de la monnaie nationale.

Cette réalité économique oblige donc les opérateurs de ce secteur à réajuster leurs prix à la pompe. Cependant, rassure le Ministre d’Etat Modeste Bahati Lukwebo, ces discussions devront permettre aux parties de trouver une solution médiane pour que « la pilule ne soit pas amère et que le système d’alimentation en carburant ne soit pas bloqué ».

Il répondait à une question de Zoom Eco lui posée ce samedi 18 février 2017 en marge de la cérémonie de lancement des préparatifs de la Conférence sur les investissements Congo Today.

Cliquer pour écouter :

Pour amortir ce choc sur le pouvoir d’achat du congolais et face à la pression des pétroliers qui génèrent des pertes énormes depuis près de cinq mois, les experts sont d’avis qu’à ce stade, le gouvernement n’a que deux leviers à recourir : la fiscalité pétrolière et le stock de sécurité de l’Etat.

Les membres du Gouvernement Badibanga examinant la question relative à la nouvelle structure des prix du carburant. Ph. Primature

Les membres du Gouvernement Badibanga examinant la question relative à la nouvelle structure des prix du carburant. Ph. Primature

Selon des sources proches des pétroliers, cette hausse pourrait aller au-delà de 200 CDF afin de leur permettre de trouver l’équilibre de leurs affaires. Dans la pratique, cette proportion dépassant largement le seuil de 5% requis, le Gouvernement provincial de Kinshasa sera obligé d’augmenter les prix du transport en commun. Ce qui aura sans nul doute un effet boule de neige sur les prix des biens et services sur le marché kinois.

Entre-temps, les yeux des congolais restent rivés vers l’Hôtel du Gouvernement pour voir quelle sera la conclusion de cette affaire.

Eric TSHIKUMA

A RE(LIRE) :
RDC : Les stations ont observé leur deuxième jour de service minimum à Kinshasa !

[URGENT] – Vente séquentielle de carburant à la pompe dès ce mardi matin à Kinshasa !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :