Quantcast
Connect with us

a la une

DRC-Africa Business Forum: la demande mondiale estimée entre 144 et 250 millions de véhicules électriques à l’horizon 2030

Published

on

La République Démocratique du Congo se présente comme la destination la plus compétitive au monde pour produire des batteries pour véhicules électriques. C’est ce qu’a fait savoir le Président congolais, Félix Tshisekedi, à l’occasion de l’ouverture des assises de DRC-Africa Business Forum, le mercredi 24 novembre 2021, à Kinshasa.

Cette position de la République Démocratique du Congo s’explique par le coût d’investissement dans ce secteur estimé à 39 millions de dollars américains alors que pour le même investissement dans d’autres cieux, les coûts oscillent entre 117 millions de dollars aux Etats-Unis, 112 millions de dollars en Chine et 65 millions de dollars en Pologne.

Pour Félix Tshisekedi, cela fait sans nul doute de la République Démocratique du Congo la destination la plus compétitive pour ces types d’investissement.

« La RDC est la destination la plus compétitive au monde pour installer des usines de fabrication de batteries dans la perspective de capter une partie des 8 000 milliards de dollars de revenus issus de la vente des véhicules électriques à l’échéance 2025, et 46 000 milliards d’ici 2050 », a plaidé le Président congolais, Félix Tshisekedi.

Notons que les assises de « DRC-Africa Business Forum » qui se clôturent, ce jeudi 25 novembre 2021, ont été rehaussées de la présence du Président zambien, Hakainde Hichilema, des délégués de plusieurs pays (Maroc, Gabon) ainsi que d’organisations comme la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et la Banque africaine de développement (BAD).

Des firmes spécialisées comme Tesla, Bosch, ou encore Panasonic sont aussi représentées.

Pour le Ministre de l’Industrie de la République Démocratique du Congo, Julien Paluku, la demande mondiale est estimée entre 144 et 250 millions de véhicules qui ont besoin de batteries électriques à l’horizon 2030.

D’après lui, ces chiffres sont tirés d’une étude de Bloomberg démontrant que « le coût pour le développement des usines de batteries est faible en RDC » et pourrait ouvrir des opportunités pour le continent africain.

Dans son discours, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo, Albert Yuma, a plaidé pour la participation des nationaux au capital de ces entreprises communes.

« Il faut s’assurer dès le départ de la participation des nationaux au capital de ces entreprises communes qui doivent être constituées par des capitaux majoritairement africains », a indiqué Albert Yuma, le Président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), prônant un « protectionnisme africain » avant de « s’ouvrir aux autres ».

Pour le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, « avec l’installation d’une seule usine de batteries en RDC dès 2022, le pays peut enregistrer un bond de son taux de croissance. »

Il faut rappeler que la République Démocratique du Congo dispose d’une réserve de 400 millions de tonnes de Lithium et 25 millions de tonnes de Cobalt.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito