Connect with us

a la une

RDC : carburant, le prix du litre augmente de 90 francs congolais !

Published

on

RDC : carburant, le prix du litre augmente de 90 francs congolais ! 1

[ANALYSE] – Le prix du litre du carburant est revu à la hausse en Rd Congo. Selon la nouvelle structure des prix qui entre en vigueur ce dimanche 22 avril 2018, le litre d’essence est passé de 1 890 à 1 980 CDF et celui du gasoil de 1 880 à 1 970 CDF. Il s’agit d’une augmentation de 4,90% qui risque d’impacter sur le prix de la course à Kinshasa.

C’est la troisième augmentation de la série annoncée par Zoom Eco depuis janvier dernier. Car, pour atteindre l’équilibre de leur business, les opérateurs pétroliers devraient atteindre une hausse de 400 CDF au départ de 1 720 CDF le litre de gasoil et 1 730 CDF le litre d’essence.

L’application impérative du taux de change à jour (comme l’un des paramètres déterminant de la structure des prix), oblige ce réajustement qui est parti de 1 410 CDF le dollar en janvier pour atteindre 1 500 CDF en avril 2018. Ce qui reste en deçà du taux réel appliqué sur le marché de change, soit 1 650 CDF le dollar.

Conséquence : si le taux de change restait stable, les kinois finiraient par acheter le litre d’essence à environ 2 120 CDF et celui du gasoil à 2 110 CDF. Un objectif à atteindre, donc !

A RE(LIRE) : Réajustement en vue du prix du carburant, Joseph Kapika évoque 3 facteurs !

RDC : carburant, le prix du litre augmente de 90 francs congolais ! 2

La série d’augmentations va se poursuivre dans les prochains mois.

A tout prendre, 80 CDF en janvier, encore 80 CDF en mars et encore 90 CDF en avril 2018. Il faudra encore 140 CDF à appliquer pour parvenir à l’équilibre recherché. Quoi de plus normal de s’attendre à deux autres augmentations du prix du litre de carburant à la pompe dans les prochains mois. Hypothèse probable !

Visiblement, commente un analyste averti, le gouvernement à travers le ministre d’Etat à l’Economie Joseph Kapika, est contraint par cette augmentation par paliers (inférieur à 5%) afin de ne pas occasionner la hausse des prix du transport en commun à Kinshasa avec des effets d’entrainement sur le marché des biens et services.

Cependant, constatent nombreux de kinois, cette hausse successive a déjà atteint près de 15%, représentant environ 250 CDF. Entre-temps, c’est le retour en force de la pratique de “demi – terrain” obligeant les passagers qui empruntent le transport en commun de payer le double du prix de la course par itinéraire.

Zoom Eco

Edito

Advertisement