Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : CENCO appelle au changement du système de gouvernance

Published

on

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a appelé l’exécutif national à tout mettre en oeuvre pour changer le système de gouvernance en Rd Congo. Gage de l’instauration d’un véritable état de droit et la construction d’un pays fort et prospère, selon sa vocation de puissance économique mondiale.

En effet, les évêques de la CENCO ont constaté que l’économie congolaise souffre encore  faiblesses structurelles héritées du passé. Ce qui constitue une préoccupation majeure sur le plan socio-économique.

« Le chômage persiste, la scolarité et l’accès aux soins médicaux sont un luxe pour beaucoup de familles. Des milliers de personnes, dont un nombre impressionnant d’enfants,vivent dans une insécurité alimentaire sévère, dans un pays au sol fertile, et regorgeant en plus d’abondantes ressources naturelles ! Il s’observe un contraste scandaleux entre l’enrichissement vertigineux d’une minorité de nos compatriotes et l’extrême pauvreté dans laquelle gît la majorité des congolais, et le fossé ne fait que se creuser», a déclaré Abbé Nshole faisant la lecture de la déclaration de la 56ème plénière de la CENCO devant la presse.

Si le peuple s’est exprimé pour une véritable rupture avec l’ancien système de gouvernance, les dirigeants qu’il s’est choisi sont obligés de le mettre au centre de leurs préoccupations. D’où, la série de recommandations formulées aux différentes institutions du pays.

Ainsi la CENCO demande au Parlement de se mettre réellement au service du peuple qui a opté pour le changement, de gérer utilement le temps pour voter des lois qui promeuvent la démocratie plutôt que les intérêts partisans.

« Il devrait également veiller à ce que la majorité parlementaire n’abuse pas de sa supériorité numérique pour faire voter des lois peu favorables au progrès de la démocratie ; de contrôler sans complaisance les membres du gouvernement et les mandataires de l’État», a renchéri l’Abbé Nshole.

Bien plus, la CENCO est favorable à la révision de la loi électorale en vue de la dépolitisation de la CENI.

De ce fait, elle conseille aux parlementaires de ne pas chercher à modifier et à tailler sur mesure des individus ou partis politiques, les dispositions de la constitution, particulièrement celles relatives aux modes de scrutins.

Malgré l’ouverture de l’espace politique et médiatique, la libération des prisonniers politiques, le retour au pays des exilés politiques, le lancement du programme des 100 jours, la CENCO constate que la situation n’évolue pas.

D’où la nécessité pour l’exécutif d’améliorer la gouvernance socio-économique de la RDC.

Emilie MBOYO

Advertisement
2 Comments

2 Comments

    Leave a Reply

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Advertisement

    Edito