Connect with us

a la une

RDC : Deux raisons expliquent la hausse de 50 CDF des prix du litre des carburants

Published

on

RDC : Deux raisons expliquent la hausse de 50 CDF des prix du litre des carburants 1

L’application du taux de change de 930 CDF et la légère augmentation du Prix Moyen Frontière (PMF) des carburants sont les deux paramètres parmi tant d’autres qui déséquilibrent la structure des prix occasionnant des pertes énormes aux pétroliers. Dès lors, il s’imposait la nécessité harmoniser ces paramètres inchangés depuis février 2016, révèle une source proche des pétroliers.

En effet, la structure des prix des carburants terrestres encours d’application était complètement désuète. Si certains paramètres tels que le taux de change avaient sensiblement évolués, la structure des prix appliquée était restée statique. Conséquence : des pertes énormes subies par les opérateurs économiques dans un contexte où l’Etat semblait faire la sourde oreille.

Taux de change appliqué 930 FC

Le taux de change actuel est de 1 015 FC à l’indicatif et 1 068 FC au parallèle (voire 1 100 FC). Et pourtant, les pétroliers vendent les carburants en tenant compte du taux de 930 FC le dollar appliqué par l’Etat.

Détenteurs d’une masse monétaire de la monnaie locale, ceux qui détiennent les stations de distribution sont obligés d’acheter la devise aux taux courants (1 100 FC ou 1 200 FC) appliqués par les banques afin de refaire leurs stocks. Quoi de plus normal qu’ils occasionnent des pertes dans cette opération. Comme conséquence, le constat de Top Congo FM ce matin a été clair.

Prix Moyen Frontière augmenté
La variation observée dans l’achat des mètres cubes carburants nage entre 6 et 12%. Pour le cas du mètre cube, elle se négocie actuellement à environs 510,09 dollar américains. Cependant, les pétroliers distributeurs vendent aux prix qui tiennent compte des paramètres anciens.

Dès lors, constate un analyste économique, la pratique des prix n’était plus franche mais préjudiciable pour les opérateurs économiques en dépit des alertes qu’ils ont lancé au gouvernement à travers le comité spécialisé. D’où le sens d’une certaine pression exercée sur le gouvernement à travers la mesure consistant à réduire les livraisons aux stations services.

Nouvelle structure des prix
A en croire notre source, deux hypothèses seraient donc examinées afin d’aboutir à la solution rétablissant l’équilibre dans la structure des prix. Il s’agit d’une part de la réduction légère du stock de sécurité et de la fiscalité (douane) ; et d’autre part, l’augmentation de 50 FC des prix du litre à la pompe. C’est la deuxième qui semble avoir accrochée, l’Etat ne pouvant concéder à la première.

La proposition du Comité de Suivi des Produits Pétroliers portant harmonisation des paramètres a été finalement approuvée par le Gouvernement à travers le Ministre de l’Economie qui a pris un arrêté ministériel ce lundi 22 août 2016. Ainsi donc, la structure des prix est rééquilibrée avec un taux de change fixé à 1 050 FC et un PMF arrêté à 679 dollars la tonne métrique.

La hausse des prix à la pompe étant évaluée à moins de 5%, le principe voudrait que les prix de la course et autres services ne subissent pas d’augmentation. Si les passagers des taxis et bus seront épargnés de ce coût, tout celui qui achètera du carburant payerait le prix de la dépréciation monétaire : 50 francs congolais.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement