Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les pétroliers réclament une réforme de la structure des prix du carburant à la pompe

Avatar of La Rédaction

Published

on

Carburant

Alors qu’une forme de rationnement s’observe depuis quelques jours dans les stations-services à Kinshasa, les pétroliers appellent à une réforme de la structure des prix du carburant à la pompe.

Parmi les revendications des pétroliers, l’on note l’actualisation des paramètres dans la structure des prix et le paiement à temps du manque à gagner.

« L’actualisation ne signifie pas nécessairement une augmentation du prix à la pompe. Et pour cause, nous sommes dans un secteur hautement stratégique. Il faut éviter des alertes ou parler en toute irresponsabilité. », a atténué le Président de l’Association des pétroliers de la République Démocratique du Congo, Emery Mbatshi Bope, dans une récente sortie médiatique.

Selon le Président des pétroliers de la RDC, il y a beaucoup de leviers qu’on peut saisir pour essayer de jouer sur les prix. Il estime qu’on peut maintenir les prix inchangés à la pompe tout en voyant dans la composition de la structure des prix où on peut grignoter.

Emery Mbatshi Bope est d’avis que s’il n’y pas rétention des stocks, qui du reste constitue une infraction en économie, il y a un problème persistant du circuit de réapprovisionnement.

Pour lui, l’État, qui subventionne les prix de tous les produits pétroliers, ne paie pas à temps.

« Maintenant, par exemple, nous sommes presque à 2 semestres sans qu’on ait finalement terminé la certification. Après cela, il faut attendre encore le paiement. C’est ce retard qui crée une difficulté dans le réapprovisionnement. Là où nous acquérons nos produits, on ne tient pas compte de nos réalités. Nous vendons à perte quand la partie prise en charge n’est pas rapidement compensée. Et automatiquement, nous nous retrouvons en difficulté. », indique le Président des pétroliers.

Si revoir le prix à la hausse peut être une solution, préconise-t-il, il faut préparer l’opinion à comprendre que cela se passe partout en Afrique, avec la guerre qui sévit en Ukraine.

Il faudrait noter qu’à ce jour, les discussions sont déjà amorcées avec le Gouvernement et les pétroliers attendent l’aboutissement des pourparlers.

Reconnaissant les efforts fournis par l’exécutif national, Emery Mbatshi Bope pense qu’il reste encore beaucoup à faire.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV