Connect with us

a la une

RDC : lutte contre la corruption, Félix Tshisekedi invité à réaliser sa promesse

Published

on

RDC : lutte contre la corruption, Félix Tshisekedi invité à réaliser sa promesse 1

Le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi est invité par la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) à concrétiser son engagement de campagne pour combattre la corruption qui s’est enracinée dans les rouages de la société congolaise.

« Le président de la République avait promis de mobiliser plus de 80 milliard de dollars de dollars américains du budget pour financer son programme quinquennal. La LICOCO estime cette promesse ne peut être tenue qu’à la seule condition de mettre en place des profondes réformes systémiques de lutte contre la corruption RDC», a déclaré Ernet Mpararo, secrétaire exécutif de la LICOCO.

Pour cette structure, les nouvelles autorités élues aux termes des élections du 30 décembre 2018 devraient prendre au sérieux les résultats du rapport d’Indice de perception de la corruption (IPC) de 2018 qui classe la RDC parmi les 20 pays les plus corrompus du monde. Aussi, devraient – elles fournir beaucoup d’efforts pour renverser cette tendance, un véritable défi à relever.

« Le combat contre la corruption devra être une priorité du nouveau chef de l’Etat de la RDC, car elle prive les citoyens l’accès aux services sociaux de base de qualité, accentue la pauvreté, mine le processus démocratique et favorise les conflits. D’où, la riposte doit être à la proportion de la corruption endémique qui sévit en RDC », précise Ernest Mpararo.

Félix Tshisekedi : « nous allons initier une stratégie de lutte contre la corruption »

En rappel, le président de la République avait, dans son discours d’investiture, réitéré sa promesse de campagne aux peuple, affirmant qu’il allait lutter efficacement contre la corruption et les anti-valeurs notamment l’impunité, la mauvaise gouvernance, le tribalisme, etc.

Le score obtenu par la RDC dans le rapport de l’Indice de perception de la corruption est une interpellation non seulement pour la classe dirigeante mais aussi pour l’ensemble du peuple congolais.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : le poids de la corruption sur le Trésor public !

Continue Reading
Advertisement
3 Comments

3 Comments

  1. Pingback: nfo Corruption mois de Fevrier 2019 | OSCEP

  2. MWANANGANI TUNGA NOBEL

    16 avril 2019 at 16 h 40 min

    Nous te félicitons notre président et nous serons la pour vous soutenir , ma proposition si la lute contre la corruption peu prendre la place de ministère moi je dois introduire mon dossier pour évité cette maladie en RDC +243821693146

  3. Azanga

    17 avril 2019 at 8 h 38 min

    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION EN MATIERE FONCIERE A GOMA/NORD-KIVU

    La population autochtone de Keshero, Commune de Goma et ville de ce nom propriétaire et occupant légal de la concession de 15Ha voisine à l’hôtel KARIBU/TOUR HOTELS de Goma ;
    Informée de la réunion qui s’est tenue à l’Hôtel le CHALET ce lundi 15 avril 2019 sous le label de la FEC/Nord-Kivu, autours des autorités venues de Kinshasa qui ont accompagné le Président de la République et Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI dans sa tournée au Nord-Kivu ; qu’elle fustige et dénonce haut et fort tout rapport machiavélique qui serait transmis au Chef de l’Etat pour lui induire en erreur quant à toute décision à prendre sur leur concession alors que la justice a déjà très bien tranché en condamnant le richissime Victor NGEZAYO ; par conséquent, toute autre décision politique qui irait dans le sens contraire de ce que la justice a tranché ne serait qu’illégale et contre toute une population qui a beaucoup souffert pour recouvrer ses droits.
    Cependant, cette population rappelle que c’est depuis 1955 qu’elle est propriétaire incontestable, pour une terre qu’elle occupait et exploitait de 15 hectares dans la collectivité de BUKUMU, actuellement loti en Quartier KESHERO à Goma, alors, sur base d’une recommandation du 06/04/1955, et droits protégés par les attestations d’occupation délivrées par le MWAMI BIGARUKA BAKUNGU et approuvées par le chef de sous-localité à qui la recommandation était adressée pour attribution en compensation de leurs champs de BYAHI, lesquels furent expropriés pour l’utilité publique et exploités en aérodrome à son temps et aéroport international de Goma à ce jour.
    Aussi, cette population fait remarquer que le certificat d’enregistrement originel Vol. F. 67 Folio 69 du 1/03/1978 atteste que la concession de TOURHOTELS est de 8 ha 94 ares au bord du Lac Kivu ; réclamer plus que cela, n’est convoitise et cupidité.
    Ainsi, cette population appel son Excellence, Monsieur le Président de la République et Chef de l’Etat, de ne pas suivre les hérésies des prédateurs de la terre qui seraient déjà engloutis dans le sac de Monsieur Victor NGEZAYO, lequel prend toute une population à l’index compte tenu de ses connaissances et moyens, au lieu de se contenter de ses 8 hectares ; et ce, en attendant le payement des dommages et intérêts qu’il doit à cette population conformément aux décisions judiciaires qui lui condamne avec sa société.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement