Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : prix du pain majorés, le bras de fer entre Kapika et les boulangers !

Published

on

Les usines de panification de Kinshasa ont boycotté la décision du Ministre d’Etat à l’Economie nationale, celle de surseoir à toute majoration des prix du pain en attendant l’examen de la structure des prix des éléments de fabrication. Ce constat a été fait par tout kinois ce matin du 27 mars 2018. Visiblement, c’est parti pour un bras de fer entre Joseph Kapika et les boulangers.

Le pain continue à s’acheter au même prix majoré de 50%. La baguette de Pain victoire se vend toujours à 300 CDF et la pain carré se vend à 400 CDF.

Lui – même, le ministre d’Etat à l’Economie nationale s’en est rendu compte après avoir circulé à travers la ville cet avant-midi. Déçu de ce constat, Joseph Kapika a de nouveau convoqué une nouvelle réunion avec les opérateurs de panification.

« J’ai toujours insisté un partenariat sincère avec les opérateurs économiques. Mais grande était ma désolation de voir que cette décision n’a pas été respecté. Les uns ont maintenus le prix au mépris de ma décision. Les autres ont simplement fermés. C’est pourquoi j’ai tenu à convoquer cette réunion », a précisé le Ministre d’Etat.

A RE(LIRE) : prix du pain, toute majoration suspendue jusqu’à nouvel ordre !

Que dire du silence de ces opérateurs économiques qui se refusent de tout commentaire dans les médias ? Est – ce une manière de dire non à la démarche du gouvernement ? Si oui, jusqu’où peuvent – ils aller dans ce bras de fer avec Joseph Kapika ?

En attendant, le ministre de l’Economie nationale vient de leur réitérer, de manière claire, la ferme position du gouvernement au cours de ce second round d’échange en 24 heures.

Joseph Kapika n’entend pas broncher : « Je tiens à confirmer la décision d’hier. A savoir, surseoir à toute augmentation des prix du pain. Ils sont là, ils m’écoutent. Qu’ils reconduisent les prix auxquels ils ont vendu le pain dimanche matin. Qu’ils respectent les mêmes grammages. Qu’ils fassent parvenir à mon ministère leurs structures des prix. Ils ne l’avaient pas fait. La loi est claire : les prix sont libéralisés mais ils doivent envoyer la structure des prix avant de les appliqués. Ils ne l’ont pas fait. Ils doivent me donner l’origine de leurs importations car normalement les prix de la farine ne devraient pas augmenter ».

Cette situation place ces industriels du pain face à un dilemme cornélien : s’engager dans la démarche de transparence avec le gouvernement pour examiner les paramètres de la structure des prix du pain ou se radicaliser au point d’arrêter temporairement la fabrication de pains.

D’après des analystes, l’Etat congolais a failli à la réglementation du secteur de panification principalement à Kinshasa où il a promu les grands groupes industriels. Conséquence : ces derniers ont cannibalisé toutes les boulangeries locales.

Le défi pour le gouvernement serait, à ce stade, de ne pas étouffer ces opérateurs économiques étrangers mais aussi d’imaginer des stratégies et de planifier sa mise en œuvre pour promouvoir les boulangeries de quartiers comme par le passé.

N. FULA et M. EFAKA | Zoom Eco

Advertisement

Edito