Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Yuma pointe les défis économiques du premier ministre Ilunkamba !

Published

on

Yuma Ilunga

Le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma Mulimbi a attiré l’attention du nouveau premier ministre, Ilunga Ilunkamba, sur les défis économiques qui attendent d’être relevés par l’action de ce dernier à la tête du gouvernement congolais. Il a énuméré quelques un au cours de l’Assemblée générale ordinaire du patronat congolais tenue le 23 mai 2019 à Kinshasa.

La relance et l’industrialisation de l’économie nationale qui demeure la condition sine qua non pour améliorer la vie de la population congolaise est le premier défi à relever pour le premier ministre.

Pour Albert Yuma, intervenant au nom de la FEC, cela doit nécessairement passer par l’amélioration du climat des affaires afin d’attirer d’avantage des investisseurs tant nationaux qu’internationaux.

Le deuxième défi consiste à mettre fin à la multiplicité de taxes. Le patron des patrons a évoqué dans la foulée « la Taxe de promotion de l’industrie sur les sociétés minières. » Il a aussi épinglé le cas de la Redevance logistique terrestre instaurée pour le renouvellement du matériel roulant pour une période de deux ans au Port de Matadi mais qui a été élargie à presque tous les postes frontaliers, même là où il n’y a pas de voie ferrée.

Le troisième défi concerne la réforme de l’administration publique pour la rendre efficace et plus performante. « Pour notre pays, il faut une administration moderne consciente de ses missions et de ses responsabilités, et non celle qui détourne les recettes publiques à son propre profit et est championne des tracasseries policières et administratives », a martelé Albert Yuma.

L’autre défi que devra relever Ilunga Ilunkamba, le nouveau premier ministre, c’est de mettre fin aux contrôles économiques illégaux et irréguliers effectués par les services non habilités, comme l’Inspection générale des finances (IGF), la police, le parquet, l’ANR, … visiblement motivés par la recherche des gains faciles du fait de la prime aux aviseurs.

Tous ces fléaux qui bloquent l’économie du pays et de surcroît le développement de la RDC, ont motivé le patronat congolais, par la voix d’Albert Yuma, de formuler de recommandations claires à l’exécutif national. Et ce, en commençant par « l’adoption d’un document de politique et de stratégies de réformes du climat des affaires, afin d’inscrire dans la durée les réformes et de coordonner les efforts. »

Si la Fédération des entreprises du Congo (FEC) a, plus d’une fois, proposé de mesures qui n’ont jamais été d’application, elle espère que cette dynamique d’alternance pourrait apporter un changement au bénéfice notamment du peuple, de l’Etat que des opérateurs économiques.

A RE(LIRE) : les trois urgences du premier ministre Ilunga Ilunkamba

Nommé à ce poste le 20 mai dernier, Ilunga Ilunkamba devrait, avant de s’attaquer à ces défis, s’atteler à la formation du gouvernement ; à l’élaboration du programme gouvernemental ; et à la présentation de ceux-ci devant l’Assemblée nationale pour l’approbation et/ou l’investiture. Il n’a plus que 17 jours avant la clôture de la session parlementaire de mars prévue le 15 juin prochain.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito