Connect with us

a la une

Tony Elumelu : « nous devons également intégrer l’Afrique à travers le commerce »

Published

on

L’entrepreneur et philanthrope nigérian est de ceux qui appellent de tous leurs vœux l’intégration de l’Afrique à travers le commerce. En marge de sa participation au Forum économique mondial de Davos, il a évoqué les avantages de l’opérationnalisation de la zone de libre-échange africaine.

« Si nous examinons d’autres régions du monde, le commerce inter-régional nous a beaucoup aidés. Pour nous développer en Afrique, nous devons accepter cette réalité », a-t-il déclaré à nos confrères de Deutsche Welle.

En effet, l’effectivité de cette ZLEC créerait un marché avec un PIB combiné d’environ 3 000 milliards de dollars américains. D’après l’Union africaine, elle stimulerait le commerce intra-africain de 52%. Des entreprises des pays membres auront ainsi la possibilité de pénétrer de nouveaux marchés avec comme impact la diminution du chômage et l’augmentation de la production économique. Des effets à long terme pourraient être encore plus importants.

Et Tony Elumelu préconise également bien plus que la libre circulation de marchandises : « nous devons avoir un passeport commun ou au moins simplifier la traversée des frontières pour que les gens puissent circuler librement en Afrique. Seuls les gens qui se déplacent librement peuvent commercer – et pas autrement. »

Une nouvelle Zone de Libre-échange Continentale (ZLEC) pourrait bien naître dans quelques semaines lorsque les derniers pays ratifieront un accord signé l’an dernier. Cela ne pourrait pas attendre beaucoup plus longtemps pour se réaliser. 49 pays africains avaient signé cet accord censé mettre fin aux droits de douane sur la plupart des biens et aux autres obstacles au commerce.

Normalement, cet accord entrera en vigueur lorsque 22 pays l’auront ratifié. Avec seulement sept autres pays pour atteindre ce nombre, ce ne sera peut-être qu’une question de semaines.

Ainsi, à l’époque où d’autres érigent encore des barrières commerciales, les dirigeants du continent se rapprochent de la création de la plus grande zone de libre-échange depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce.

A RE(LIRE) : She Okitundu signe l’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine !

Si les économies africaines pourront coopérer plus étroitement, les entreprises devront créer des chaînes de valeur plus élaborées pour mettre sur le marché des produits de meilleure qualité. D’où, la grande opportunité d’attirer les investisseurs.

Ces investissements interviendraient à un moment crucial où les estimations des besoins de l’Afrique sont d’environ 100 milliards de dollars américains uniquement pour les projets d’infrastructure.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : 90% d’importations des pays africains seront libéralisés en 2020 !

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :