Connect with us

a la une

[URGENT] – Vente séquentielle de carburant à la pompe dès ce mardi matin à Kinshasa !

Published

on

[URGENT] - Vente séquentielle de carburant à la pompe dès ce mardi matin à Kinshasa ! 1

Sauf imprévu de dernière minute, les opérateurs économiques du secteur pétrolier ont décidé d’observer un service minimum par des livraisons séquentielles de carburant à Kinshasa. Ce, à partir de ce matin du mardi 14 février 2017. Selon des sources crédibles, cette rationalisation de services viserait à faire pression au gouvernement pour statuer rapidement sur la nouvelle structure de prix adoptée récemment par le Comité de Suivi de la Structure des Prix présidé par le Ministre d’Etat en charge de l’Economie nationale.

Les paramètres d’importation du carburant ont varié dans le sens de la hausse depuis quelques temps alors qu’à la pompe, les prix de vente sont restés les mêmes. Sans réajustement des prix en fonction de ces paramètres, commente un opérateur économique, les pétroliers enregistrent des pertes et manques à gagner énormes.

« Puisque ça continue à prendre du temps et que la situation perdure, les opérateurs économiques du secteur ont décidé de faire pression pour que le gouvernement statue rapidement sur cette nouvelle tarification afin qu’elle soit appliquée à la pompe », a commenté ce pétrolier qui a requis l’anonymat.

Le signal fort a déjà été lancé à la fin de la journée du lundi 13 février 2017. Les stations services de la capitale ont fermées entre 17 et 18 heures. Et donc, il est prévue qu’elles ouvrent par intermittence tout au long de la journée et aux prix initiaux, dès aujourd’hui jusqu’à la signature par le Ministre d’Etat à l’Economie nationale de l’arrêté portant nouvelle tarification.

Selon des observateurs avertis, cet arrêté trainerait à cause de la mesure de cohérence politique et juridique annoncée aux membres du Gouvernement par le Premier Ministre. Cette dernière rend obligatoire l’avis préalable du Conseil des ministres pour tout projet d’arrêté en attendant la signature de l’ordonnance portant fonctionnement et attributions des membres du gouvernement.

Par conséquent, l’arrêté à prendre par le Ministre d’Etat à l’Economie nationale serait dès lors irrégulier tant que ses compétences et attributions n’auront pas été définies juridiquement. D’où, le blocage du processus d’entérinement de la nouvelle tarification du carburant, si seulement cette ordonnance présidentielle n’a pas encore été prise !

En attendant, l’Exécutif national a le choix à faire entre « laisser les pétroliers observer le service minimum au point de durcir le ton s’ils n’obtiennent gain de cause » et « permettre aux membres du Gouvernement concernés d’agir en toute légalité en évitant aux congolais la pénurie et la perte du pouvoir d’achat qui découlerait de la spéculation des prix ». Le tout, en tenant compte du facteur temps.

Si la proportion à ajouter sur les prix pratiqués actuellement n’est pas encore connue, il semble être évident qu’elle n’atteindra pas le seuil requis de 5% pour ne pas occasionner la hausse des prix de la course avec l’effet boule de neige sur les prix des tous les biens et services. Affaire à suivre!

Zoom Eco

A RE(LIRE) : RDC : Deux raisons expliquent la hausse de 50 CDF des prix du litre des carburants

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement