Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : à fin 2021, la dette publique s’est établie à hauteur 7,3 milliards USD (rapport)

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC entre 2017 et 2021 la dette publique a accru de 16 rapport

A fin 2021, l’encours de la dette publique de la République Démocratique du Congo (RDC) s’est évaluée à 7 385,02 milliards de dollars américains (USD), montant équivalent à 14 766,76 milliards de Francs congolais (CDF), renseigne un rapport de la Direction générale de la dette publique (DGDP).

Sur plus de sept (7) milliards de dollars américains (USD) de la dette publique évaluée à cette période, 4 867,98 milliards USD (soit 9 733,80 milliards de Francs congolais) représentent la dette publique extérieure.

Ce même document de la Direction générale de la dette publique note que 2 517,04 milliards USD, soit 34,73% du total de la dette publique extérieure a été contractée en 2021.

Le stock de la dette publique représente 14,28% du produit brut intérieur ( PIB).

L’endettement public congolais est principalement d’origine extérieure. La dette extérieure est essentiellement due aux créanciers officiels (96,41%), notamment aux institutions multilatérales (69,68%) et aux partenaires bilatéraux (26,73%).

Néanmoins, comme en 2020, la part de la dette publique contractée auprès de créanciers privés a diminué, passant de 4,20% du total à fin 2020 à 3,58% à fin 2021.

S’agissant de la dette publique intérieure, elle est composée à plus de 92,74% par les arriérés budgétaires dus essentiellement aux entreprises nationales, aux fonctionnaires et aux banques de droit congolais, alors qu’ils représentaient 95,55% à fin 2020, soit une régression de 3,81%.

Le taux d’endettement public est passé de 12,72% du PIB en 2020 à 14,28% du PIB en 2021, soit une augmentation de 1,56%.

En valeur nominale, il s’observe également une hausse de l’encours de la dette publique entre 2020 et 2021, passant de 6 194,92 milliards USD à 7 385,02 milliards USD, soit une variation de 19,21%.

Pour la dette extérieure, la hausse observée provient des tirages opérés sur les prêts-projets et appuis budgétaires, essentiellement dans le cadre de la riposte contre la Covid-19. Tandis que les émissions des titres
publics et la certification des arriérés budgétaires justifient l’augmentation du volet intérieur.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV