Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : La BCC prend trois mesures pour stabiliser le franc congolais !

Published

on

La vente des devises sur le marché de change, le resserrement de la politique monétaire et le relèvement du Taux directeur de 7 à 14% sont les trois principales mesures de la Banque Centrale du Congo. Professeur Jean-Louis Kayembe, Directeur Général en charge de la politique monétaire et opérations bancaires, l’a confirmé à Zoom Eco ce vendredi 13 janvier 2017. Toutefois, certains analystes s’inquiètent de l’efficacité de ces mesures.

La première mesure, c’est l’intervention de la Banque Centrale du Congo sur les marchés de change qui vient d’être décider par l’autorité monétaire. Selon le Professeur Jean Louis Kayembe, cette mesure interviendra dans les prochains jours le temps pour la Commission en charge des opérations de finaliser les préparatifs d’adjudication (taux et montant).

Les opérateurs économiques à la recherche des devises importantes pour assurer les importations des marchandises de l’étranger pourraient être servis à travers leurs banques respectives. Ce, dans un contexte où le pays se voit confronté par la baisse des rapatriements des devises suite au ralentissement des exportations des matières premières pour lesquelles les cours à l’international sont en baisse.

En 2016, la BCC a vendu aux banques commerciales 260 millions USD pour faciliter les opérations d’importations. « Ces interventions ont eu l’avantage non seulement de procurer des devises aux opérateurs économiques mais aussi de ponctionner les francs congolais constituant l’excèdent de liquidité. Elles ont finalement permis d’atténuer la pression sur le taux de change », a précisé Jean Louis Kayembe.

A cette première, deux autres mesures s’ajoutent. Il s’agit du resserrement de la politique monétaire et le relèvement du niveau du Taux directeur. Celui-ci devrait passer de 7 à 14% afin de contenir l’offre de la monnaie nationale.

LIRE (AUSSI) : RDC : La raison de l’appréciation du franc congolais sur le marché de change !

S’agissant du Taux Directeur, la BCC l’avait déjà augmenté de 5 points en septembre dernier passant ainsi de 2 à 7%. Ce qui lui a permis d’influer sur l’octroi de crédits et moduler l’inflation monétaire et terminer l’année avec une dépréciation du franc congolais d’environs 25%.

A tout prendre, des analystes économiques avertis émettent d’inquiétudes sur la capacité de la BCC à intervenir sur le marché de change par la vente des devises.

« Malgré la hausse du taux directeur (qui est passé de 2 à 7%) et du capital minimum des banques commerciales (de 10 millions à 30 millions USD) afin de compléter les moyens de ses interventions face à l’effritement des réserves de change plafonnées à 870 millions USD fin décembre 2016, la BCC aura du mal à inverser la tendance tant que l’économie congolaise restera dépendante des exportations des matières premières », a déclaré Albert Tcheta-Bampa.

Qu’à cela ne tienne, l’annonce de ces mesures a fortement contribué à baisser la tension observée cette semaine sur le marché de change. Les cours acheteurs varient entre 1 100 et 1 270 francs congolais le dollar américain sur les différents marchés de change à Kinshasa.

D’aucuns espèrent que les solutions envisagées par la Banque Centrale du Congo ne restent pas conjoncturelles.

Eric TSHIKUMA/Zoom Eco

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito