Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Henri Yav explique l’impact de la discipline budgétaire sur l’appréciation du franc congolais

Published

on

RDC : Henri Yav explique l’impact de la discipline budgétaire sur l’appréciation du franc congolais

Le Ministre des Finances, Henri Yav Mulang a salué l’impact positif de la discipline budgétaire sur les finances publiques et l’appréciation du franc congolais sur le marché de change. C’était lors de la conférence de presse conjointe avec le Gouverneur de la Banque Centrale tenue samedi à Kinshasa samedi 19 Août 2017. Si le Gouvernement reste conscient que l’accalmie relative observée sur le marché de change n’est pas suffisante, il envisage, au-delà de la politique d’ajustement budgétaire, de poursuivre des efforts pour asseoir une monnaie forte.

Selon Henri Yav Mulang, le Gouvernement a décidé, dès janvier 2017, de resserrer davantage l’exécution du Budget, en se fixant comme objectif mensuel « Zéro déficit » ou dans l’impossible, un « déficit réduit » et facilement compensable avec d’éventuels excédents des mois à venir.

Cette décision qui avait été motivée par le résultat négatif de l’exécution du Budget 2016 et la nécessité d’éviter une détérioration plus prononcée de la valeur de du franc congolais sur le marché de change.

« Cette discipline budgétaire a permis de maintenir les finances publiques en équilibre au cours de cinq mois sur les sept premiers mois de cette année et d’enregistrer un ralentissement du rythme de dépréciation du franc congolais contre le dollar passant d’une moyenne de 4% par mois entre Octobre 2016 et Mars 2017 à 2,5% par mois en Avril et Mai 2017 », a – t – il révélé.

Vue de la conférence de presse conjointe sous la modération du journaliste Willy Kalengayi. Ph. @Zoom_eco

A ce sujet, le mois de Juin aura été le seul mois qui s’est soldé avec un déficit le plus important avoisinant ainsi les 200 milliards de CDF. Celui programmé de Mai ayant été couvert par des excédents des mois précédents. Alors qu’en Juillet 2017, l’exécution des opérations financières de l’Etat s’est soldée par un excédent de 99 milliards de CDF. En cumul annuel, l’excédant est de 27,3 milliards de CDF.

Cependant, a indiqué le Ministre des Finances, l’accélération de la dépréciation du franc congolais constatée de fin Juin à mi-Juillet 2017, et ce, malgré la gestion maîtrisée des finances publiques, le Gouvernement a été contraint de suspendre la quasi-totalité de ses paiements.  Objectif : calmer le marché et soutenir d’autres mesures monétaires observées par la BCC pour stabiliser la monnaie nationale.

« Certes, cette décision a eu pour effet de décaler certains paiements importants du mois de juillet en Août, notamment les salaires de certains services de l’Etat et la rétrocession aux régies financières, mais elle s’est avérée fructueuse. Car, elle a permis au Gouvernement d’équilibrer ses comptes à la Banque Centrale de constituer une certaine marge de trésorerie pour le reste de l’année et de ramener le taux de change du franc congolais, contre le dollar américain, autour de 1 550 CDF contre 1 700 CDF au mois de Juillet », a précisé le Ministre Henri Yav.

Par ailleurs, face la fébrilité inhérente de l’économie congolaise, le Gouvernement de la République se déploie sur deux grands axes pour consolider son action dans une perspective de développement : la relance de de la production agricole nationale et de l’agro-industrie ; et la reforme  du système fiscal asphyxiant et moins incitatif.

Philippe Katumba | Zoom Eco

Advertisement

Edito