Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: Le Ministre des Finances s’engage à instaurer des audits stratégiques pour optimiser la gestion des fonds spéciaux

Published

on

Le Ministre congolais des Finances, Nicolas Kazadi, s’est engagé à instaurer des audits stratégiques pour optimiser la gestion des fonds spéciaux.

Il a exprimé ce vœu au cours d’une réunion avec les Directeurs Généraux de certaines entreprises publiques pour faire un état des lieux succinct.

Il s’agit du Fonds de promotion de l’industrie (FPI), du Cadastre Minier (CAMI), du Fonds de Promotion du Tourisme (FPT), de la Régie des Voies Aériennes (RVA), du Fonds de Promotion Culturelle (FPC) et autres.

En effet, le Ministre des Finances tient à rationaliser le recadrage des aspects financiers des entreprises et établissements publics concernés par les comptes spéciaux.

Pour l’argentier national, cet entretien avait une seule visée à savoir l’amélioration de la gestion financière des comptes spéciaux qui sont aussi des comptes du trésor public dont l’ordonnateur principal reste le Ministre des Finances qui en a un droit de regard pour en garantir la traçabilité.

Prévus par les articles allant du 59ème au 68ème de la Loi no 11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques, les comptes spéciaux sont constitués des comptes d’affectation spéciale et des comptes liés aux concours financiers.

Après cette réunion, le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, attend désormais de toutes les entreprises concernées, les informations utiles en prévision de la reddition des comptes et des audits stratégiques qu’il envisage d’instaurer pour se rassurer qu’une fois l’an ou au moins une fois tous les deux ans, des audits rigoureux soient diligentés dans le but de promouvoir la transparence dans la gestion de la chose publique.

A en croire le Directeur Général adjoint du Fonds de promotion de l’industrie (FPI), Christian Ombilingo, qui s’est confié à la presse à l’issue de cette réunion, le patron des Finances congolaises a focalisé son allocution sur la vigilance tous azimuts qu’il faudra imprimer dans l’utilisation des ressources dont les gestionnaires des établissements sus-évoqués ne sont que des ordonnateurs délégués, singulièrement en ce qui concerne la partie financière.

L’ordonnancement se fera donc dorénavant dans le respect des normes en la matière sous le leadership du Ministère des Finances.

Par ailleurs, étant des comptes qui retracent les opérations budgétaires financées au moyen des recettes particulières en relation directe avec les dépenses concernées ou des prêts et avances consentis par l’Etat à une personne physique ou morale tels que les comptes de concours financiers, les comptes spéciaux constituent en réalité une exception au principe de l’universalité.

Dans le même ordre d’idées, cette exception est encadrée, notamment par l’article 106 de la même loi du 13 juillet 2011 déjà mentionnée, qui reconnaît au Ministre des Finances les prérogatives d’ordonnateur général de toutes les recettes du pouvoir central et de régulateur de la trésorerie et par conséquent, il demeure aussi l’ordonnateur général des dépenses.

Enfin, le Ministre Nicolas Kazadi a donné de nouvelles orientations aux directeurs généraux des entreprises concernées par les comptes spéciaux.

Parmi ces directives, il y a lieu de noter, à titre d’exemple, que les directeurs généraux des entreprises indiquées devront dorénavant transmettre au Ministre ayant les finances dans ses prérogatives les tableaux synoptiques des recettes et dépenses projetées pour avis, information ou suivi.

Patrick BOMBOKA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito