Connect with us

a la une

RDC : l’ODEP appelle au débat sur le décaissement du budget électoral !

Published

on

RDC : l’ODEP appelle au débat sur le décaissement du budget électoral ! 1

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a appelé l’Assemblée nationale à ouvrir le débat public sur le décaissement du budget électoral. Si le calendrier de la session ordinaire de mars 2018 a prévu cette question parmi les matières, il s’observe que le sujet n’est toujours pas inscrit à l’ordre du jour. Et ce, à quelques jours des vacances parlementaires.   

« En plus certains députés ont aussi adressé une question orale avec débat au premier ministre pour parler du processus électoral. La société civile a, de son côté, invité le bureau de l’Assemblée Nationale et du Sénat d’exercer un contrôle régulier du processus électoral, en dépit du mandat que confère l’article 100 alinéa 2 de la constitution au Parlement », rapporte une note officielle rendue publique ce lundi 4 juin 2018.

Pour l’ODEP, l’absence du contrôle du Parlement risquerait d’occasionner la mauvaise gestion du processus électoral, spécifiquement dans son volet financement. Et ce, dans un contexte où des nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’opacité de la CENI dans l’affection des crédits mis à sa disposition par le gouvernement et le faible décaissement des fonds alloués aux élections de décembre 2018.

En effet, depuis janvier 2018, seuls 52 millions USD sur les 432 millions USD ont été décaissés par le gouvernement en faveur des opérations électorales.

Si cette fréquence de décaissements n’a pas encore inquiété la CENI, des experts des finances publiques et des observateurs avertis sont d’avis que le gouvernement peut recourir à des crédits documentaires pour permettre à la centrale électorale de passer les commandes, à crédit et/ou moyennant une avance avec la garantie de l’Etat, des machines à voter et de tout ce qui a trait à la bureautique électorale.

A RE(LIRE): budget électoral, Kabila confirme l’autofinancement sur fond de doutes !

Si cette option est déjà réellement exploitée, il faut s’attendre à ce que le fabriquant de la machine à voter commence la livraison dans les prochains jours et que les autres fournisseurs fassent également la même chose.

Entre-temps, ni le gouvernement encore moins la CENI, personne ne communique sur ce sujet afin d’éclairer l’opinion congolaise qui tend à perdre l’espoir de voir les élections se tenir le 23 décembre 2018. Un véritable mutisme inquiétant !

Pour l’ODEP, il y a nécessité pour l’Assemblée nationale et le Sénat d’ouvrir le débat sur le processus électoral, spécifiquement sur le plan de décaissement des fonds des élections par le gouvernement.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Edito

Advertisement