Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Réduction du train de vie des institutions, trois questions méritent des réponses de Matata Ponyo ?

Published

on

C’est le renforcement de la cure d’austérité au sein des institutions de l’Etat. Ainsi en a décidé le Président de la République, Joseph Kabila au terme de la réunion interinstitutionnelle tenue vendredi 14 octobre 2016 au palais de la nation à Kinshasa. Si la réduction du train de vie des institutions de l’Etat passe par la rationalisation et la suppression de certaines dépenses, trois questions demeurent jusque-là sans réponses au sein de l’opinion nationale.

«Un seul constat a été fait, la situation économique est préoccupante. Il est nécessaire que l’on puisse resserrer nos ceintures pour y faire face», a indiqué le vice-premier ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, lors de la restitution de cette réunion sur la RTNC précisant que l’exécutif national a été chargé de chercher des voies et moyens pour faire face à cet état de chose. Cependant, face à cette énième annonce de restriction budgétaire, des questions restent entières.

Quel est le budget alloué à ces institutions ?
Avant tout, il est normal de connaitre le niveau des dotations budgétaires de chaque institution tel qu’adopté dans le budget révisé au premier semestre de cette année.

Quelles sont les dépenses à supprimer ?

Scrutant les charges de chacune de ces institutions, le gouvernement devrait être en mesure de dire au peuple les dépenses qu’il a identifiées (et énumérées) avant leur suppression.

Quelle sera la valeur des économies dégagées ?
Puisqu’il y aura des coupes des certaines rubriques des budgets de ces institutions, la logique voudrait qu’un montant soit dégagé par institution et dont la sommation donnerait une valeur totale des économies opérées par mois jusqu’à la levée de la mesure.

Des précisions du Premier Ministre, Matata Ponyo à ces trois principales questions permettront au peuple congolais de se forger une religion sur la pertinence de cette mesure visant à faire des économies pour visiblement financer « sans arrêt » les opérations électorales. Car, il sera question de ne pas exécuter le budget de l’Etat tel qu’adopté par le Parlement et promulgué par le Chef de l’Etat.

A tout prendre, la mise en œuvre de cette mesure place le gouvernement dans l’obligation de mieux contrôler la dépense publique, sa sincérité, sa destination voire même son utilité. C’est ici le lieu d’évoquer la nécessité de distinguer les dépenses utiles des dépenses superflues et ainsi parvenir à réaliser des économies.

« Autre levier, la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et le détournement des deniers publics ainsi que la transparence dans la passation des marchés publics. Seule la rigueur de la sanction pourrait influencer les comportements de ceux qui baignent dans ces anti-valeurs et favoriser la mobilisation accrue des recettes publiques », commente un observateur.

Face à cette urgence économique sur laquelle l’équipe économique du gouvernement travaille, il est anormal que les institutions de la RDC continuent de conserver un train de vie dispendieux à la charge des contribuables.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito