Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: Réduire la parafiscalité constitue l’un des objectifs de la réforme fiscale (Nicolas Kazadi)

Published

on

Le Ministre congolais des Finances, Nicolas Kazadi, estime que la République Démocratique du Congo est un pays où la parafiscalité a explosé. Il relève le fait que le coût de la taxe à l’importation d’une marchandise est plus élevé que celui de la douane. D’où il conclut que « réduire ce coût est l’un des objectifs que poursuit la réforme fiscale ».

C’est ce qu’il a démontré dans son intervention à l’émission « Face à Face » du mardi 30 novembre 2021 sur les ondes de la radio Top Congo FM.

Selon le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi, « sur un budget représentant 10 % de PIB en République Démocratique du Congo (RDC), plus de 10 % sont prélevés sur l’opérateur au titre de la parafiscalité ».

« Sur le total que l’on paie lorsque nous importons une marchandise, les frais que prélève la douane sont inférieurs à ce que prélèvent d’autres taxes fiscales et parafiscales qui vont autour », explique le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi.

Il s’agit notamment de différents fonds, du guichet unique, les comptes spéciaux, les charges de l’Office national de contrôle, etc.

Pour illustrer ses propos, le Ministre Nicolas Kazadi a donné l’exemple d’un importateur du bio-fertilisant, élément essentiel pour permettre la revanche du sol sur le sous-sol.

Il fait comprendre que « cet importateur paie une valeur CIF (valeur de la marchandise) de 3000 USD pour un conteneur de 20 pieds ».

Au bout du compte pour ressortir le conteneur, poursuit Nicolas Kazadi, « il paie 9000 USD sur lequel il n’y a que 1500 USD du droit de douane ».

Face à cette réalité, l’argentier de la RDC tire une conclusion en ces termes : « cela veut dire que le pays n’est pas compétitif ».

Toutefois, le Ministre congolais des Finances soutient que « dans une telle situation l’exonération de la douane n’est pas une solution ».

Pour Nicolas Kazadi, le vrai problème c’est la parafiscalité qui grève la compétitivité de l’économie de la République Démocratique du Congo (RDC).

Ce faisant, Nicolas Kazadi recommande, dans le cadre de la réforme fiscale, d’assainir cette parafiscalité de manière à ce que l’essentiel de l’impôt rentre dans la fiscalité et que l’on donne à l’Etat les moyens de s’occuper de la population.

A ce sujet, le Ministre Nicolas Kazadi précise que « la parafiscalité n’entre pas directement dans la caisse de l’Etat ».

A en croire le patron des Finances de la RDC, « la parafiscalité entre dans les caisses spéciales qui sont assimilables à l’Etat mais qui ne sont pas les caisses de l’Etat au sens strict c’est-à-dire qui ne sont pas le Compte général du Trésor ».

Martine NGALULA/stagiaire

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito