Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Vignette 2016-2017, recouvrement forcé sur fond crise de confiance !

Published

on

RDC : Vignette 2016-2017, recouvrement forcé sur fond crise de confiance !

Le recouvrement forcé de la Taxe Spéciale de Circulation Routière abusivement appelée «Vignette» pour l’exercice 2016-2017 s’annonce sur fond d’une crise de confiance entre les administrés kinois et la ville de Kinshasa. Nombreux s’interrogent sur la destination de cet argent lorsque les routes restent délabrées, les feux de signalisation routière en panne depuis de mois, l’insalubrité bat son plein et l’éclairage public est quasi-absent.

« Ce n’est pas la première qu’on se débourse pour payer cette vignette. Nous le faisons de bonne foi et par patriotisme. Mais nous ne voyons pas des retombées de cet argent collecté à travers la ville. L’on se demande à quoi sert exactement ces revenus de la DGRK, le levier financier dont dispose André Kimbuta ? La réponse se trouve dans notre environnement, sur nos routes. Il suffit d’observer», a commenté Paul Nzuzi, conducteur de taxi à Kintambo Magasin.

En effet, la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK) vient de lancer ce lundi 11 Décembre 2017 l’opération de recouvrement forcé de la vignette de l’exercice 2016-2017. Objectif : contraindre les propriétaires des véhicules à s’acquitter de leur devoir civique en vue de doter la ville de Kinshasa des moyens de sa politique. D’aucuns déplorent le momentum et demandent au Gouverneur Kimbuta de rapporter simplement cette mesure.

C’est le cas de l’observateur Francis Kapela : « D’abord, le moment est mal choisi pour opérer ce recouvrement forcé qui n’a été précédé d’aucune sensibilisation soutenue. Ensuite, ce sont des tracasseries policières de mauvais goût qui vont s’ajouter aux embouteillages que nous observons en cette période de fin d’année. André Kimbuta ferait mieux de poursuivre la sensibilisation jusque fin Janvier 2017 par exemple afin de rassurer les kinois pour qui la confiance autour du paiement de la vignette est rompue».

Les agents de la DGRK en mission seront accompagnés dans cette tâche par les éléments de la Police nationale congolaise dans sa branche spécialisée pour faciliter et sécuriser cette opération de recouvrement forcé.

D’après les estimations des experts du secteur de transport datant de 2015, la ville de Kinshasa dispose d’un parc automobile de près de 3 millions de voitures et Taxi bus et moins de 10% des véhicules poids lourds et plus de 80% de véhicules utilitaires.

A tout prendre, si cela demeure un acte patriotique de tout kinois détenteur d’une carte rose, les recettes générées par la DGRK devraient non seulement être rendues publiques mais aussi leur affection devrait servir réellement aux besoins de développement de la ville-province. D’où, la nécessité pour André Kimbuta Yango et son administration de rassurer les kinois.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito