Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Willy Kitobo présente les ressources minérales et opportunités d’investissements à la Conférence Canada-Afrique

Published

on

Le ministre des mines, Willy Kitobo Samsoni, a présenté les ressources minérales et opportunités d’investissement spécifiques, à la 22ème Conférence internationale Canada-Afrique, organisée par la Chambre de commerce canadienne du 9 au 10 mars 2021 en visioconférence.

Durant son intervention, le ministre des mines a fait la répartition spatiale du potentiel des ressources minérales de la République Démocratique du Congo et les trois axes stratégiques du Gouvernement congolais pour développer le secteur minier, riche principalement en cuivre, cobalt, zinc, or, 3T (étain, coltan, wolframite), diamant, manganèse et fer.

Il a expliqué que les gisements en ressources minérales étudiés et documentés sont concentrés à l’Est du pays et une partie au centre dans la région de l’ex Kasaï.

Pour ce qui est des opportunités d’investissement spécifiques dans le secteur minier de la République Démocratique du Congo, le ministre Kitobo a affirmé qu’elles sont nombreuses à la fois dans la recherche de nouveaux gisements miniers ; l’investissement dans la transformation sur place des produits miniers (le pays encourage l’installation des entités de traitement et/ou de transformation métallurgique) ; et l’investissement dans les infrastructures de base .

Concernant la recherche de nouveaux gisements, Willy Kitobo a signifié que la recherche est nécessaire pour améliorer et approfondir les informations géologiques et minières devant permettre d’attirer les investisseurs pour la mise en valeur des ressources minérales du sol et du sous-sol du pays.

« Quoi que menée également par les titulaires des droits miniers concédés, cette recherche est réalisée sur 19 blocs appelés zones de recherches géologiques de l’Etat, (ZRG ), par le Service Géologique National du Congo avec l’appui financier du Fonds Minier pour les Générations futures (FOMIN) qui perçoit régulièrement, conformément à la loi 10% de la redevance minière payée par les opérateurs miniers à chaque exportation de leurs produits miniers marchands », fait observer le communiqué du Secrétariat général du ministère des Mines.

Quant à la transformation des minerais, le Ministre des mines a rappelé que la loi minière congolaise interdit l’exportation des produits miniers bruts et même concentrés non finis.

Par contre, estime-t-il, le pays exige la transformation sur place pour donner aux produits marchands extraits des gîtes des substances minérales du sol et sous-sol une plus grande valeur ajoutée.

Avec ladite politique, le pays encourage la poursuite de l’installation des entités de traitement et/ou de transformation métallurgique, souligne le Ministre Kitobo.

Pour ce qui en est de la promotion des investissements dans le domaine des infrastructures de base, le Ministre des mines a signalé que le secteur des mines congolais connaît un déficit énergétique important qui bloque le plus souvent les investissements des procédés gourmands en énergie comme ceux utilisant les fours.

De plus, les infrastructures routières et ferroviaires sont nécessaires pour faciliter l’accès aux sites d’exploitation minière et le transport des minerais, produits marchands et intrants miniers.

Notons que cette rencontre annuelle a connu la participation de 1000 personnes en ligne, notamment Ivanhoe Mines, Kibali Gold ainsi que tant d’autres grands miniers congolais.

AGNES KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito