Quantcast
Connect with us

Non classifié(e)

Mining Indaba 2024 : Trafigura et Kamoa-Kakula se posent comme les premiers clients de Lobito Atlantic Railway

Avatar of La Rédaction

Published

on

03CB747B 0F6C 4920 87CF D6E5108C5705

En marge de la troisième journée du Forum Investing in Mining Indaba, Trafigura et Kamoa-Kakula ont signé, ce mercredi 7 février 2024, des accords de partenariat.

Les deux parties s’engagent à long terme pour transporter des minéraux via le Lobito Atlantic Railway pour une durée minimale de six ans.

Ces accords marquent les premiers engagements commerciaux à long terme envers le chemin de fer atlantique de Lobito, une nouvelle route commerciale d’import-export entre la ceinture de cuivre africaine et la côte atlantique de l’Angola.

Grâce à ce partenariat, Lobito Atlantic Railway devrait atteindre une capacité d’exportation annuelle d’un million de tonnes avant la fin de la décennie. L’allocation de capacité d’exportation de Trafigura sur le chemin de fer Lobito Atlantic s’élèvera à 450.000 tonnes par an à partir de 2025.

Par ailleurs, le complexe cuprifère de Kamoa-Kakula, une coentreprise entre Ivanhoe Mines et Zijin Mining, s’est vu attribuer une capacité minimale de 120.000 tonnes et jusqu’à 240.000 tonnes par an de produits en cuivre – blister-anode ou concentré – à partir de 2025, avec un engagement initial de 10.000 tonnes à transporter en 2024 au fur et à mesure de la montée en puissance du chemin de fer.

En réaction, Jeremy Weir, président exécutif et PDG de Trafigura, a exprimé sa joie pour ce partenariat.

« Nous sommes heureux d’être l’un des premiers clients commerciaux à accepter les conditions d’un engagement à long terme pour utiliser le Lobito Atlantic Railway et nous sommes impatients d’accueillir d’autres clients qui rejoindront Ivanhoe Mines et Trafigura dans les mois à venir. », a-t-il indiqué lors de cette signature.

Et d’ajouter :
« Ces engagements annoncés aujourd’hui soutiennent l’objectif du consortium d’augmenter les volumes sur le corridor afin qu’il devienne la principale liaison de transport ferroviaire en Afrique subsaharienne ».

De son côté, le Fondateur et coprésident exécutif d’Ivanhoe Mines, Robert Friedland, a évoqué le bénéfice de ce partenariat.

« Nous admirons le travail acharné du consortium Lobito Corridor et de Trafigura, en collaboration avec leurs partenaires en République Démocratique du Congo et en Angola, pour construire une nouvelle chaîne d’approvisionnement qui est en train de devenir rapidement l’une des routes commerciales les plus importantes pour le cuivre métallique vital au pays. »a-t-il expliqué.

Aussi, le corridor économique transformateur débloquera davantage de projets de cuivre en raison de la baisse des coûts logistiques.

« Une logistique moins chère augmente la quantité de cuivre économiquement récupérable dans toute la Copperbelt, car les teneurs de coupure peuvent être abaissées. Cela a un impact significatif sur les découvertes réalisées en RDC, comme la récente découverte de cuivre à haute teneur et à durée indéterminée de Kitoko dans l’avant-pays occidental, où nous intensifions cette année nos activités d’exploration pour trouver davantage de cuivre métal ultra-vert. Kitoko est situé à seulement 30 kilomètres de la voie ferrée existante. », a-t-il souligné.

En 2022, le consortium Lobito Atlantic Railway, composé de Trafigura, Mota-Engil et Vecturis, a obtenu une concession de 30 ans pour l’exploitation, la gestion et l’entretien du Lobito Atlantic Railway (LAR) et du port de Lobito Minerals. La ligne modernisée offrira une voie d’accès au marché plus efficace et à moindre émission de carbone pour le cuivre, le cobalt et d’autres métaux essentiels à la transition énergétique et fonctionnera sur la base d’un accès commercial ouvert.

Le projet de rénovation du corridor atlantique de Lobito bénéficie du soutien des Gouvernements de l’Angola, de la RDC, de la Zambie et du Partnership for Global Infrastructure Investment (PGII) du Gouvernement américain.

Souligons que le projet représente un investissement de plus de 500 millions de dollars sur la durée de vie de la concession, avec un financement potentiel d’au moins 250 millions de dollars de la part de l’International Development Finance Corporation des États-Unis.

L’investissement permettra la rénovation des tronçons de la ligne ferroviaire et des infrastructures associées, en plus de sécuriser plus de 1.500 wagons et 35 locomotives.

Lors de Mining Indaba cette semaine, Jeremy Weir, président exécutif et PDG de Trafigura ; Robert Friedland, fondateur et coprésident exécutif d’Ivanhoe Mines et Francisco Franca, PDG de Lobito Atlantic Railway ont chacun exprimé leur satisfaction pour l’aboutissement de ce partenariat.

Nadine FULA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV