Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : interdiction d’acheter de minerais de production illicite de Kalipopo (Likasi) !

Published

on

Tout achat de minerais de production illicite du quartier Kalipopo à Likasi vient d’être interdit dans les provinces du Haut-Katanga et Lualaba. La décision est du Service d’Assistance et d’Encadrement du Small Scale Mining (SAESSCAM) relevant du ministère des Mines. Cette décision, coulée dans une correspondance officielle datée du 5 avril 2018 lue par Zoom Éco, est consécutive au constat d’exploitation minière artisanale qui s’effectue à Likasi dans une zone «interdite». Elle place donc les opérateurs miniers négociants, comptoirs, entités de traitement et de transformation devant leurs responsabilités.

«Vous êtes sommés d’éviter de vous approvisionner auprès des clandestins qui détruisent, méchamment, tout un quartier résidentiel sans aucune mesure de protection des populations et de l’environnement, foutant au pied la loi en la matière. Tout opérateur minier, sans exception aucune, qui sera pris en flagrant délit s’exposera à la rigueur des sanctions selon la loi et le règlement minier en vigueur», a écrit John Mukonda Bwime au nom du SAESSCAM rayon Haut-Katanga/Lualaba.

Vue du site d’exploitation. Ph. tiers

Après les alertes sur cette exploitation illicite du cobalt constatée depuis le week-end dernier à Likasi, le gouverneur du Haut Katanga, Pande Kapopo a ordonné le ministre provincial des Mines, Alain Kasongo, a effectuer une descente sur terrain. Sur place, une réunion d’urgence, à laquelle a également pris part le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli Yombo, a permis d’examiner les possibilités de recadrer cette exploitation artisanale tout en évitant des remous sociaux au sein d’une communauté frappée par la pauvreté.

2 000 creseurs ont été identifiés jusque-là, apprend-on d’une source locale, au cours d’un échange avec la délégation provinciale. Si le sous-sol de ce quartier résidentiel est richement béni notamment des filons de minerais tels que le cobalt, les habitants et les artisanaux entendent en tirer profit.

Comment peuvent – ils accepter de dormir affamés sur une telle richesse sans pouvoir l’exploiter? Que faire de l’exploitation dans cette zone dite «rouge» et «non autorisée»? Si la tendance est, pour L’Exécutif provincial, de réglementer cette exploitation comme dans la province voisine de Lualaba, cela impliquerait des préalables.

Il s’agit notamment de la délocalisation des habitants, l’encadrement des artisanaux dans les coopératives, la création d’un centre de négoce, … Et surtout, l’exclusion des femmes enceintes, des hommes en armes et des enfants du site d’exploitation minière artisanale.

«Kasulo», un cas d’école dans la réforme artisanale pourrait, sans nul doute, inspirer la province du Haut Katanga pour définir sa stratégie d’assainissement de la chaîne d’approvisionnement des minerais des artisanaux.

Entre-temps, le quartier Kalipopo reste une zone d’exploitation non autorisée, donc interdite. Des services spécialisés sont instruits pour faire respecter la décision portant interdiction d’approvisionnement de minerais de production artisanale illicite dans les provinces de l’ex. Katanga.

Emilie MBOYO | Zoom Eco
Advertisement

Edito