Quantcast
Connect with us

a la une

Robert Choudury : « La Cité du Fleuve n’est pas le projet d’un groupe d’investisseurs mais de tout congolais »

Published

on

Robert Choudury : « La Cité du Fleuve n'est pas le projet d’un groupe d'investisseurs mais de tout congolais »

Il est le Directeur Général de la Cite du Fleuve située dans la partie est de Kinshasa. Laquelle cité moderne est construite pour doter au citoyen congolais de la classe moyenne d’un habitat décent répondant aux normes de qualité de vie et environnementale requises. « La cité du Fleuve est un projet des congolais », a dit à Zoom Eco, Robert Choudury. Dans cet entretien, il a fait le point sur l’état d’avancement de ce projet immobilier autorisé par le Gouvernement lors du Conseil des Ministres de février 2009 pour un lotissement de 1 000 hectares pour sortir une cité du Fleuve aujourd’hui qui attire.

A ce jour, nous a – t – il révélé, cet ambitieux projet de créer une ville moderne à côté de la capitale Kinshasa n’est qu’à 13% d’exécution, soit 500 appartements déjà construits dont 300 livrés et 120 en finition. L’objectif, c’est de sortir de la terre 10 000 habitations.

Au finish, c’est un total de 10 000 habitations qui devront être construites.

« Avec un capital initial de 40 millions USD en 2008, cela nous a permis de faire des études techniques et géothermiques jusqu’en 2012 où nous avons livré notre première villa. Aujourd’hui, nous sommes à 120 millions USD de vente de notre produit qui continue de susciter une forte demande », a indiqué Robert Choudury.

Cependant, la crise ambiante qui sévit depuis 2016 n’a pas épargnée ce projet. A en croire le Promoteur, ce business est basé sur le fait qu’au moins 80% de clients respectent leurs engagements.

« Au début, nous avons donné la chance d’acheter le plus longtemps possible. Et donc, des paramètres commerciaux ont été assez généreux. Verser un acompte minimum et de payer sur 2 ans sans intérêts. Ce qu’aucune banque ne faisait. Nombreux sont les clients qui ont tiré profit de cette opportunité et, après la crise certains ont commencé à faire défaut. Sur cette lancée, nous avons eu plusieurs incompréhensions et que les premières victimes de cette situation c’est nous-mêmes. Nous avons effectivement un très lourd passif d’arriérés de nos clients que nous essayons d’absorber. La base de financement est donc le cycle de renouvellement des paiements par les clients », a – t – il précisé.

La Cité du Fleuve est actuellement occupée par 2 500 personnes qui vivent dans des appartements de 165 m² et dans des villas modernes avec une meilleure qualité de l’environnement et un style de vie beaucoup plus appréciable. Selon le promoteur, il y a beaucoup plus d’enfants dans cette cité qui aiment l’espace de promenade et les parcs des jeux.

Vue de quelques habitations de la cité du Fleuve.

Et de préciser : « Notre Nouvel ordre urbain dénommé Cité du Fleuve est venu palier aux défaillances existantes à Kinshasa relatives au manque des logements adéquats répondant aux normes urbanistiques et de l’habitat. Car chez nous, chaque appartement ou villa est attribué d’un ou deux parkings, des lampes pour se conformer aux nouvelles énergies renouvelables, des routes sont asphaltées et aussi un service urbain ayant la gestion de toute exigence communautaire entre autre l’assainissement de la cité au standard moderne ».

Et comme devant toute opportunité, il ne manque pas de faiblesses, Robert Choudury demande au Gouvernement congolais d’accompagner et de défendre ce projet tant au niveau foncier, de l’habitat, de voies d’accès que de l’énergie. Cet accompagnement du pouvoir central, précise – t – il,  est indispensable notamment pour la fourniture de l’électricité où des négociations sont très avancées avec la Société Nationale de l’Electricité et le raccordement en eau de la Regideso. Entre-temps, la Cité du Fleuve jouit d’une certaine autonomie sur le plan énergétique.

Zoom Eco

Advertisement

Edito