Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Kibali sur la voie d’atteindre ses objectifs de production de l’or de 2020

Published

on

La mine Kibali de Barrick Gold corporation poursuit bien son chemin. Elle est sur la voie d’atteindre ses objectifs de production de l’or de 2020. Un nouveau record de production de sa mine souterraine vient d’être enregistré au troisième trimestre de 2020, dépassant pour la première fois les prévisions depuis la mise en service du puits en 2018.

La révélation est faite, ce jeudi 22 octobre 2020, par Mark Bristow, le président directeur général de Barrick Gold dans un communiqué de presse parvenu à Zoom Eco.

« L’automatisation est souvent associée à une réduction de l’emploi, mais, en ce qui nous concerne, nous nous en servons comme une opportunité pour le perfectionnement professionnel de nos travailleurs et la réduction de nos besoins en experts expatriés. Il convient de noter que la mine de Kibali – l’un des corps d’élite des mines de niveau 1 de Barrick – est dirigée par une équipe de gestion composée principalement de Congolais, conformément à notre politique d’emploi et de promotion des ressortissants des pays hôtes», a-t-il indiqué.

En effet, une mine de niveau 1 est une mine capable de produire au moins 500 000 onces d’or par an pendant au moins 10 ans sur la fourchette inférieure du profil de coût de l’industrie.

Pour cette année 2020, Kibali a maintenu ses prévisions de production à 750 000 onces d’or comme en 2019 même si l’entreprise avait largement dépassé cette barre pour atteindre 814 000 Oz d’or. Pour Mark Bristow, cela a l’avantage de ne pas trop forcer les machines.

A RE(LIRE) : les actions phares de Kibali pour l’année 2020

Ce success story est le résultat de plusieurs innovations et facteurs.

D’abord, l’intégration avec succès de la technologie des batteries au réseau électrique de Kibali. Cela, afin d’augmenter la capacité des trois centrales hydroélectriques de la mine et compenser la charge cyclique du treuil d’exploitation.

Ensuite, cette nouvelle technologie, conformément à l’approche de Barrick d’adopter des spires d’énergie plus propres, devrait permettre de réduire d’avantage l’empreinte carbone de la mine, ainsi que l’utilisation de l’énergie thermique.

 

Un autre facteur de ce succès est le fait que Kibali est plus que jamais déterminée à transférer les compétences à la communauté, et travaille à la modernisation du Centre de formation des ingénieurs de Kokiza dont le commencement des travaux est prévu pour d’ici la fin de l’année en cours.

Entretemps, le prolongement du bétonnage de la route de Durba fournira des travaux de construction aux entrepreneurs locaux pour les trois prochaines années. A noter également que le soutien de la communauté continue d’être renforcé par d’autres initiatives comme le projet d’agrobusiness de Renzi ainsi que le projet en vue de la palmeraie.

En outre, les bâtiments d’usage public initialement construits comme pavillons d’isolement pendant l’épidémie d’Ebola et utilisés par la suite comme centre de quarantaine pour les cas de COVID-19 seront désormais convertis en un centre de lutte contre les maladies tropicales pour desservir les communautés locales.

Ce qui rejoint le constat fait par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi à la suite de la réunion qu’il a eu ce jeudi avec Mark Bristow, constat selon lequel « Kibali a créé une économie locale florissante au sein d’une des régions les plus défavorisées de la RDC ».

Enfin, parmi les perspectives d’avenir, les équipes d’exploration de Barrick sont déjà à la recherche du prochain Kibali ailleurs en RDC.

Il y a lieu de rappeler que Kibali, l’une des plus grandes au monde, a été la première mine d’or souterraine en RDC. C’est un leader mondial de l’automatisation et, grâce à l’innovation technologique continue, elle ne cesse d’améliorer son efficacité ainsi que sa productivité.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito