Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : la Sokimo exige la renégociation de son contrat d’association avec Kibali Gold

Published

on

La Sokimo se déclare perdante dans sa joint-venture avec son partenaire Kibali Gold.

C’est ainsi qu’elle
demande au Gouvernement congolais de se montrer protecteur en exigeant à ce partenaire de se rasseoir autour d’une table pour renégocier un nouveau contrat plus équitable, durable et mutuellement avantageux.

Les dirigeants de cette entreprise minière de l’Etat sont sortis de leur silence et ont exprimé leurs revendications au cours d’une conférence de presse tenue, ce mardi 11 mai 2021, au Cercle de Kinshasa.

Sokimo veut renégocier le contrat avec Kibali à cause des complications nées depuis l’entrée en lice des deux associés Rangold Ressources Group ( devenu Barrick Gold) et Anglogold Ashanti.

Pour ce faire, Sokimo a décelé des complications à 9 niveaux :

1° Opacité de la dette:

La Présidente du Conseil d’Administration parle d’un prêt d’associés de 2,5 milliards USD au taux conventionnel de 8% qui repousserait, selon Sokimo, la distribution de dividendes aux associés à 2027.

2° Non prise en compte de la valeur des gisements apportés et dilution de la participation de Sokimo.

A ce niveau, la PCA explique que l’initiative de céder 20% des actions de Sokimo S.A ne provenait nullement de SOKIMO S.A qui s’y opposait.

« Elle fut proposée en octobre 2009 aux ministres des Mines et du Portefeuille comme condition d’accès par Rangold Ressources Group et Anglo Gold Ashanti », dit-elle.

3° Aucune découverte de nouveaux gisements depuis 2009.

Pour le Directeur Général ad interim de la Sokimo, alors que Kibali avait promis d’explorer d’autres gisements, il est plutôt observé que les partenaires se sont contentés, usant de technologies plus modernes, de peaufiner les quantités et réserves d’or des gisements déjà découverts par Sokimo.

4° Non paiement des dividendes en 8 ans d’exploitation.

D’après les révélations de la Présidente du Conseil d’Administration de Sokimo, les revenus cumulés de l’exploitation s’élèvent à plus de 6,5 milliards de dollars américains en 7 ans d’exploitation de gisements cédés par Sokimo.

En effet, depuis 2014, renseignent les dirigeants de Sokimo, Kibali Goldmines a réalisé une production de plus de 143,871 tonnes.

5° Refus de paiement du pas-de-porte :

Les gérants de Sokimo estiment que le principe de paiement de Pas-de-porte de 1% de la valeur des gisements en place représentant l’apport du concessionnaire est consacré par la loi minière ainsi que le contrat d’association. «  S’y refusent avec persistance, Rangold et Anglo Gold n’ont quant à eux effectué aucun paiement alors que Moto Gold n’était pas une de leur filiale pour les exempter de ce paiement », déclare-t-elle.

6° refus de paiement des indemnités d’épuisement des gisements (royalties).

7° Obstruction à la représentation de Sokimo dans le comité exécutif et invalidation de fait du poste de vice-président du Conseil d’Administration

8° Exécution inéfficace de l’accord d’assistance technique et financière.

9° Opacité du contrat de service technique de « Kibali Service Limited ».

A cause de tous les préjudice subis, la Sokimo S.A estime qu’il faut corriger tous les aspects inéquitables de ce partenariat en optimisant pour tous la valeur tirée du développement des ressources.

Patrick BOMBOKA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito