Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : l’ANAPI sollicite l’accompagnement des Ambassades européennes pour la tenue d’un Salon d’affaires en 2023

Avatar of La Rédaction

Published

on

A73D4458 F3DE 4AE0 B101 025D96E6FF87

L’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) prévoit d’organiser un Salon d’affaires sur l’agro-industrie et l’emballage en 2023.

L’annonce a été faite, ce lundi 19 décembre 2022, au cours d’un échange avec les chargés économiques et financiers des ambassades européennes accréditées en République Démocratique du Congo (RDC).

Au cours de cette rencontre, le Directeur général de l’ANAPI, Anthony Nkinzo, a sollicité l’accompagnement des ambassades européennes. Ce, non seulement pour les prochaines assises dans le but d’identifier les potentiels investisseurs européens à inviter mais bien plus encore pour leur apport au développement de l’économie de la République Démocratique du Congo (RDC).

Cet accompagnement est également sollicité dans l’identification des Chambres de commerce européennes les plus représentatives pour des accords avec l’ANAPI dans le cadre de la promotion des investissements; dans l’organisation du Forum des opportunités spécifiques en provinces; l’organisation des missions économiques qui seront réalisées en 2023 à travers l’Europe.

Anthony Nkinzo a aussi signifié aux diplomates européens invités à cette rencontre que les attentes de l’ANAPI ne se limitent pas qu’au niveau d’un accompagnement. Cet établissement public, a-t-il dit, attend aussi de ces ambassades une liste des entreprises étrangères évoluant dans les filières susmentionnées et leurs décideurs dans le cadre de ciblage des investisseurs.

L’ANAPI souhaite avoir leur contribution au démarchage des investisseurs ciblés et enfin la dissémination dans l’espace européen des avancées enregistrées au pays dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires pour un meilleur rebranding de la République Démocratique du Congo (RDC).

Avec des mots simples, Anthony Nkinzo a su parler au cœur de ces diplomates européens.

« L’ANAPI, de par ses missions statutaires, est disposée à consolider sa collaboration avec les Ambassades européennes accréditées en RDC pour une meilleure attraction des
volumes des investissements directs étrangers (IDEs) à partir de l’Europe. Nous sollicitons l’implication des Ambassades pour la réalisation de nos actions de promotion orientée vers les investisseurs de vos pays respectifs. Nous sommes également disposés à écouter et tenir compte des remarques qui nous seront formulées dans le cadre de ces échanges. », a-t-il expliqué à ses invités.

Rappelons que cet échange avec les chargés économiques et financiers des Ambassades européennes intervient après celui des Ambassades d’Asie.

L’objectif visé par l’ANAPI par cette série de rencontres est de recueillir les besoins, critiques de ces Ambassades. Et en retour, remonter ces doléances auprès du Gouvernement pour des réponses ciblées dans le cadre d’amélioration du climat des affaires en RDC. Et de cette façon, attirer plus d’investisseurs au pays et enfin accroître l’économie du pays.

Au sujet des doléances et besoins exprimés par ces diplomates, certains ne sont pas allés par le dos de la cuillère et ont clairement exprimé leurs désidératas. C’est le cas de la représentante de l’Ambassade d’Italie qui a indiqué que depuis la mort de leur Ambassadeur ici en RDC, les investisseurs italiens hésitent à venir faire des affaires au pays d’Étienne Tshisekedi.

La Suède, quant à elle, a émis le vœu de voir l’image de la RDC être changée.

« Il faut enlever l’image de corruption et de transfert d’argent qui semble être compliqué.
Organiser dans nos pays européens des rencontres pour parler de points forts de la RDC. Aussi, accompagner les investisseurs récemment arrivés et établis en RDC et également vendre leurs images à d’autres investisseurs. », a recommandé le représentant de la Suède à cette rencontre.

Pour la Turquie, il faut plutôt penser à la
digitalisation de l’administration ; initier des réformes dans le secteur des Finances.

Le pays d’Erdogan a fait le constat selon lequel les PME établies ici ont un problème d’accès au financement. Parmi les actions à mener, il demande au peuple congolais de faire confiance aux banques commerciales et vice-versa. Elle souhaite que le Gouvernement respecte le cycle du système banquier.

Dans le lot des recommandations, il a été demandé l’accélération de la digitalisation du processus pour éliminer un certain nombre de problèmes notamment la corruption.

En dehors de ce problème, il y a celui des Zones économiques car cela attire et rassure de nouveaux investisseurs.

Les diplomates ont aussi déploré le manque d’infrastructures de base (route, eau, électricité).

Soulignons que ces échanges ont eu lieu entre d’une part, le Comité de gestion de l’ANAPI, le Directeur général Nkinzo et son adjoint assisté d’autres cadres de l’ANAPI ainsi que le délégué de la Direction Europe du ministère des Affaires étrangères et d’autre part, les représentants des Ambassades européennes. C’est le cas de la France, de la Belgique, de la Suisse, de la Turquie, de l’Allemagne, de la Suède, et de l’Italie.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV