Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Vente de TFM, Freeport-McMoran prolonge le délai de droit de préemption au 15 septembre

Published

on

Le canadien Lundin Mining dispose d’un délai de 5 semaines supplémentaires de réflexion. Le 21 juillet dernier, elle a obtenu de Freeport McMoran une prolongation de délai qui court jusque mi – septembre prochain. Question de murir sa réflexion avant de décider si elle va acquérir ou non la participation que détient cette dernière dans le projet de cuivre de Tenke Fungurume. Des analystes espèrent que cette période soit mise à profit par les principaux partenaires afin d’aplanir les divergences autour de cette session en vue.

Initialement, Freeport avait accordé à Lundin Mining un délai de réflexion jusqu’au 8 août 2016. Bien avant l’expiration de ce délai, celui-ci a été reporté au 15 septembre prochain. Dans l’hypothèse d’une décision positive de la part de Lundin, la transaction devrait se faire au même prix et suivant les mêmes conditions que l’offre proposée par China Molybdenum.

D’une valeur initiale de 2,65 milliards de dollars américains, cette transaction annoncée par Freeport-McMoran portera spécifiquement sur sa participation de 70 % dans TF Holdings. Ce holding, qui contrôle 80 % de la mine de Tenke Fungurume Mining, est immatriculé aux Bermudes.

En effet, depuis la dénonciation de cette probable cession qualifiée d’ « unilatérale » par la Gécamines, la représentante des intérêts de l’Etat congolais dans ce partenariat, tient bec et ongles à faire valoir ses droits, comme elle l’a fait ces dernières années à l’occasion de décisions unilatérales de retrait de ses autres partenaires par des tentatives de cessions indirectes du contrôle des sociétés communes à des entités tierces.

Aussi, devrait – t – elle veiller sur le respect des engagements de ses partenaires vis – à – vis du pays le moment opportun.

Au regard des enjeux économiques et financiers de ce projet, l’un des plus grands gisements de cuivre et de cobalt au monde, la pression sur FreePort McMoran semble également s’exercer sur Lundin Mining. Des sources proches du dossier affirment que la partie congolaise n’entend pas transiger : les clauses du pacte d’actionnaires relatives aux cessions des parts doivent être respectées.

Pour rappel, Freeport-McMoran détient une participation effective de 56 % dans Tenke Fungurume Mining S.A., contre 24 % pour Lundin Mining et 20 % pour la Gécamines.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : Vente de Tenke Fungurume, la Gécamines entend faire valoir ses droits

RDC : Vente de Tenke Fungurume, les dessous des cartes !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito