Connect with us

a la une

RDC : le Budget de l’Etat exécuté à 14% en recettes et à 17% en dépenses au 15 juin 2020 !

Published

on

RDC : le Budget de l’Etat exécuté à 14% en recettes et à 17% en dépenses au 15 juin 2020 ! 1

L’exécution du Budget de l’Etat de l’exercice 2020 affiche des taux très faibles au sixième mois de l’année. Sur les prévisions de 18 545 milliards de CDF, seuls 2 683 milliards de CDF des recettes ont été mobilisés (soit 14,5%) alors que les dépenses effectuées sont de 3 205 milliards de CDF (17,3%). Ce qui a dégagé un déficit de près de 522 milliards de CDF financé par les Bons du trésor, les appuis budgétaires du FMI et les avances monétaires de la Banque centrale du Congo.

D’après le Plan de trésorerie présenté par le ministre des Finances au Conseil des ministres du 19 juin dernier, la mobilisation des recettes publiques accuse une contre-performance inquiétante. Celle-ci se justifie par le ralentissement des activités économiques tant sur le plan interne qu’externe à cause de la crise sanitaire qui impacte tous les secteurs de la vie nationale.

Ainsi, sur près de 11 millards dollars américains qui doivent être mobilisés sur toute l’année, le Trésor public n’a pu capter jusque là que 1,4 milliards de dollars américains. 

Cette situation caractérisée par une faible mobilisation des recettes n’a pas permis au Gouvernement de faire face aux dépenses prévues. Elle l’a contraint, face à l’insuffisance des ressources mobilisées grâce aux émissions des Bons du trésor, de puiser dans les appuis budgétaires et de recourir au financement monétaire afin de couvrir le déficit qui représente un peu plus du 1/5 des recettes mobilisées.

« Les efforts du Gouvernement sont perceptibles concernant l’arrêt du financement monétaire ainsi que l’amélioration sensible des dépenses à caractère social et humanitaire ; les faiblesses de la politique budgétaire se situent au niveau de la persistance du recours aux dépenses effectuées en urgence et du sur-dimensionnement des dépenses courantes », indique le compte-rendu du Conseil des ministres concernant les observations finales faites quant à ce.

En d’autres termes, ces deux observations devraient être perçues comme des vrais défis à relever, à très court terme, par le Gouvernement congolais qui s’est déjà aligné sur l’orbite de la gestion prudentielle des finances publiques. 

A RE(LIRE) : collectif budgétaire 2020, vers une baisse de 35% des prévisions des recettes et dépenses 

Aussi, commentent des analystes, la priorité des priorités consiste pour le Gouvernement à présenter un collectif budgétaire devant réajuster les ambitions initiales de l’Etat aux réalités actuelles et réorienter les priorités de l’Exécutif national notamment vers les dépenses de lutte contre la Covid-19 et l’atténuation ses effets sur la situation socio-économique.

Si pour la Commission interministérielle permanente Economie et finances, l’avant-projet de loi des Finances rectificative de l’exercice 2020 en élaboration prévoit une révision à la baisse de 35,2%, d’aucuns estiment qu’une réduction réaliste pourrait être envisagée autour de 60%.

Cette thèse se fonde sur les estimations axées sur la trajectoire de la mobilisation des recettes faite au cours des six premiers mois de l’année. Quoi de plus normal que six environ 3 000 milliards de CDF seront mobilisés entre janvier et juin, une somme proportionnelle pourrait être collectée entre juillet et décembre 2020. Et avec une bonne mobilisation au second semestre, il est possible que l’année se clôture avec 7 500 milliards de CDF des recettes publiques mobilisées.

Entre-temps, les efforts devraient être fournis pour ne dépenser que sur base-caisse et éviter de creuser les déficits publics tout comme les avances monétaires de la Banque centrale du Congo. 

Emilie MBOYO

Sur le même sujet :

RDC : les cinq motivations du Plan de Trésorerie du secteur public 2020

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement