Connect with us

a la une

RDC : La FEC préconise le développement agricole et industriel !

Published

on

RDC : La FEC préconise le développement agricole et industriel ! 1

La Fédération des Entreprises du Congo (FEC) réitère sa demande au Gouvernement à concentrer ses efforts sur une politique de développement agricole et industriel. Deux leviers auxquels l’Exécutif devrait recourir pour faire face à la crise économique du pays. Son président l’a dit au Premier Ministre Samy Badibanga lors de la cérémonie d’échange des vœux organisée vendredi 19 janvier 2017 au Chapiteau Fête Parfaite à Kinshasa.

« J’espère, contrairement au passé, que je serais entendu. Car en effet, nous avons eu, avec le Gouvernement qui vous a précédé, l’impression qu’il pratiquait la politique de l’usure en laissant les chefs d’entreprise, s’époumoner et s’essouffler tout en continuant tranquillement sa politique de la pensée unique », a déclaré Albert Yuma.

Agriculture
En RDC, l’agriculture ne contribue qu’à 21,2% du PIB alors que 44,4 millions de congolais vivent dans l’espace rural, soit plus de la moitié de la population. Si la croissance agricole permet de réduire la pauvreté́ trois fois plus efficacement que la croissance des autres secteurs, l’amélioration de la productivité agricole est indispensable pour promouvoir une croissance inclusive et durable.

A ce sujet, Albert Yuma est clair : « J’en appelle donc à une véritable prise de conscience nationale, à un engagement de l’ensemble de l’appareil de l’Etat, des acteurs économiques et de nos partenaires étrangers pour faire de l’Agriculture la priorité de notre développement ».

Pour la FEC, c’est donc autant une question de développement humain, par l’inclusion des populations rurales, notamment jeunes, que de développement économique général et de souveraineté nationale que de répondre au défi agricole.

« Au-delà de mesures précises, que nous avons déjà transmises au Gouvernement comme la mise en œuvre du Fonds National pour le Développement de l’Agriculture (FONADA) pourtant créé dans la loi agricole de 2011, ce dont nous avons besoin, c’est d’une action politique forte et volontariste, une vision claire, inscrite dans la durée et à la hauteur des enjeux », a indiqué le Président de la FEC.

Le Patronat sollicite du Premier Ministre l’organisation d’Etats généraux de l’agriculture, en vue de définir une politique pluriannuelle agricole globale pour le pays, et faire en sorte qu’il puisse apporter tant à ses concitoyens, qu’à son Etat, développement et souveraineté alimentaire.

Industrie

La RDC demeure une grande importatrice de biens de consommation courante, alors qu’elle dispose de grandes potentialités pour devenir une nation industrielle et peut-être un jour, une grande Nation industrielle.

« A ce jour, les principales activités industrielles du pays sont limitées à un nombre réduit de filières de biens de consommation, notamment, de la production du sucre, des boissons, de la transformation des matières plastiques, des produits cosmétiques, de la panification… Les filières des biens d’équipements sont sous-exploitées, elles tournent principalement autour de la production du ciment et de la construction métallique… », a décrit Albert Yuma.

Toutefois, la lourde fiscalité et parafiscalité que l’industrie congolaise supporte, atteint 51% de son chiffre d’affaires, soit le double de ce qui est payé en République du Congo ou en Angola. Il y a aussi l’augmentation de plus de 50% du taux de droit d’accises sur plusieurs produits, justifiée par la seule maximisation des recettes dans le contexte contraint récent. Ces contraintes l’empêchent d’amorcer son redécollage.

« […] ce que nous souhaiterions, c’est une véritable politique industrielle, impulsée et coordonnée par l’Etat, visant à protéger certaines industries naissantes, afin d’orienter la demande intérieure vers la production nationale et de favoriser la confédération des forces productives », a rappelé le Président de la FEC.

Partant du succès des politiques publiques d’accompagnement des industries nationales de certains pays en développement, la FEC soutient toute vision adossée à un volontarisme politique fort. Comme pour l’Agriculture, elle souhaite donc que l’ETAT puisse organiser des Etats généraux de l’industrie pour mettre en place un plan pluriannuel de développement de notre économie.

A télécharger : Discours du Président de la FEC à l’occasion de la cérémonie d’échange des voeux du 19 janvier 2017

A tout prendre, le Patronat estime que ces propositions devraient enfin permettre de faire sortir notre population de la situation de misère que cinq années de faux discours, de faux bilans macro-économiques, de politiques fiscales aventureuses et de projets budgétivores, sans impact social, ont aggravée.

« Je me suis concentré sur l’agriculture et l’industrie, car à mon sens, ce sont les deux politiques sectorielles les plus importantes pour bâtir durablement une Nation prospère », a conclu le Président de la FEC.


Zoom Eco

A RE(LIRE) :
RDC : A la crise socio-économique, Samy Badibanga s’engage à appliquer la formule « DMR »
RDC : Décaisser 80 millions USD chaque mois en 2017 sera la prochaine équation électorale !
RDC : La FEC décrie les projets budgétivores du gouvernement Matata

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement