Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Des pistes pour sortir de la dépendance des minerais selon Albert Tcheta – Bampa

Published

on

La République démocratique du Congo (RDC) comme d’autres pays dont les économies dépendent de l’exploitation des matières premières tels que le pétrole et minerais, sont aujourd’hui confrontés à de sérieux problèmes de trésorerie. Pour ce qui concerne la RDC, les prévisions budgétaires du gouvernement ont renseignées en janvier dernier une perte de l’ordre de 1,3 milliards de dollars des recettes de l’état à la suite de la chute des cours des matières premières sur les marchés internationaux.  

Déjà, lors de la présentation du projet du budget annuel devant le Parlement, le 24 octobre 2015, le chef du gouvernement  a indiqué que le budget 2016 est équilibré en dépenses comme en recette à 8437,4 milliards de francs congolais (9 121 011 021 dollars) contre 8496,3 milliards en 2015. Soit une baisse de 63 783 294 dollars. A cause de cette baisse continue de recettes de l’Etat et au regard des réalités liées à l’exécution du budget, le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement à préparer le collectif budgétaire en vue d’un rééquilibrage.

Entre – temps, les dépenses régaliennes de la nation n’attendent pas. A titre d’exemple : rien que pour 2016, le Budget prévoit plus de 500 millions de dollars pour l’organisation des élections. Fonction de sa gestion sur base caisse, le gouvernement s’emploie difficilement à décaisser 20 millions USD chaque mois en faveur de la CENI. D’aucuns s’interrogent encore à quand totalisera – t – il les 500 millions USD ?

Pour y faire face, le gouvernement Matata a arrêté vingt – huit mesures urgentes le 26 janvier 2016 pour stabiliser et relancer l’économie dont l’efficacité des résultats alimente les débats au sein de l’opinion.

Interrogé par notre confrère Thierry Kyalumba Kabonga du Magazine Matalana, l’économiste  congolais de renom, Albert Tcheta-Bampa, PhD en économie, chercheur associé au Centre d’économie de la Sorbonne (CES), Maison des sciences économiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a des idées claires et précises pour sortir la RDC de cet état de dépendance aux minerais. Il estime qu’il est temps que l’Etat congolais investisse plus dans le capital humain et les infrastructures de transport et communication.

Dans cet entretien, il indique clairement le lien étroit qui conditionne tout développement d’un pays vaste et aux potentialités énormes comme la RDC, entre les infrastructures de transport et communication et tous autres domaines des secteurs économiques.

Albert Tcheta-Bampa en arrive donc à la cette conclusion : « Plus de transport (au sens de transport moins cher et plus échange), c’est plus d’échange. L’échange permet la spécialisation qui entraîne à son tour les économies d’échelles et les avantages comparatifs, abaissant les coûts de production. L’échange intensifie la concurrence, élimine les rentes et stimule l’innovation. L’échange engendre ainsi la croissance. »

Intégralité de l’interview à télécharger ici : Des pistes pour sortir de la dépendance des minerais

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito