Connect with us

a la une

RDC : Tshisekedi – Kabila, le premier couac !

Published

on

RDC : Tshisekedi - Kabila, le premier couac ! 1

[EDITO] – Beaucoup l’attendait plus tôt et d’autres plus tard. C’est après une cinquantaine des jours que les deux « tourtereaux » connaissent leur premier couac. Des divergences entre le Front commun pour le Congo (FCC) et la Coalition pour le changement (CACH), y en a eu plusieurs avant comme après l’investiture. Mais, jamais n’ont pu émerger publiquement.

La crise consécutive aux élections sénatoriales vient de tacher la marche du couple ayant marqué la première alternance démocratique en Rd Congo. Les décisions annoncées aux termes de la réunion interinstitutionnelle suspendant l’installation des sénateurs et reportant les élections des gouverneurs ont suscité l’ire de l’ex. famille présidentielle.

Le FCC en premier, à travers son coordonnateur Néhémie Mwilanya, a été le premier à ouvrir le feu contre les décisions du président de la République. Dans sa suite, le PPRD qui, en deux jours, a publié deux communiqués. Le premier principalement pour fustiger l’attitude du nouveau parti présidentiel qui a fait preuve d’intolérance en troublant l’ordre public en réaction à sa cuisante défaite aux sénatoriales. Et le deuxième, plus virulent, pour rappeler au chef de l’Etat le caractère inconstitutionnel des décisions prises au terme de la réunion qu’il a présidée.

Si pour le camp Kabila, Félix Tshisekedi a agi à la suite des pressions de son parti, le camp du nouveau président de la République se défend.

En effet, le chef de l’Etat et père de la Nation ne pouvait rester insensible face à des cas si patents de corruption qui entachent inévitablement la crédibilité et le prestige de la chambre haute du Parlement. Sur pied de l’article 69 de la Constitution, le garant de la Nation se devait d’agir pour donner le ton du combat qu’il entend mener sans ménagement contre la corruption. Fléau qui décime sans pitié l’économie congolaise.

La bataille entre l’éthique et le droit enclenchée n’a fait que mettre en surface le choc inévitable entre un ex président, tireur des ficelles, et un nouveau président qui veut imprimer ses marques.

Le combat qui s’est exporté ce jour à la plénière de la chambre basse du Parlement entre députés FCC et CACH donne le ton à ce à quoi peut ressembler une cohabitation entre les familles politiques de Tshisekedi et Kabila.

En attendant que l’harmonie revienne entre les deux familles, plusieurs questions se posent dans l’opinion sur les vraies conséquences des décisions prises par le président de la République. Pour l’heure, apprend – on, elles sont conservatoires tant qu’elles offrent l’avantage de stopper net le marchandage, à coût des milliers de dollars, des élections des futurs gouverneurs.

Bien plus, les enquêtes diligentées en flagrance devraient, suivant la volonté du chef de l’Etat, aboutir à la crédibilisation du Sénat qui risque de ressembler à une chambre des corrompus. Et à terme, de rétablir la confiance entre politiques et le souverain primaire.

Il y a lieu de constater que cette démarche de Fatshi, patron de la majorité présidentielle (CACH), a rencontré les attentes de la majorité populaire (le peuple) alors qu’elle est boudée par la majorité parlementaire (FCC).

Si aucune de deux familles politiques ne soutient la corruption, des observateurs avertis sont d’avis qu’un moment de répit s’impose surtout que l’attente du nouveau gouvernement commence à plomber l’action du nouveau président de la République.

Ce premier couac qui aurait pu être évité s’il avait été demandé à la CENI de tirer les conséquences de la clameur publique constituant le souci du chef de l’Etat devrait servir aux deux camps à mieux coordonner leurs ambitions. Et, à faire de l’apparente harmonie entre les deux chefs des familles politiques le mode de fonctionnement à chaque chaînon du pouvoir. Car, la stabilité politique du pays en dépend.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :