Connect with us

a la une

RDC : Avec Gécamines, tout partenariat minier devrait intégrer 3 principes !

Published

on

RDC : Avec Gécamines, tout partenariat minier devrait intégrer 3 principes !

La Gécamines veut désormais s’engager dans des contrats de Jointes Venture qui, année après année, garantiraient à l’apporteur de titres, les revenus de l’exploitation de ses titres, indépendamment de la bonne ou mauvaise gestion de l’opérateur qui aurait été choisi, et indépendamment des fluctuations du marché. D’où, le nouveau système modélisé qui, d’après le Président du Conseil d’Administration Albert Yuma, est « simple, vertueux et repose sur trois principes ».

Primo. La Gécamines sera désormais rétribuée en nature, c’est-à-dire en matières produites, qu’elle se chargera de commercialiser comme elle le souhaite. Il n’y aura plus de discussions entre le producteur acheteur qu’est le partenaire, pour vendre au plus bas, car il est le consommateur final, et le partenaire vendeur qui veut maximiser ses ventes. Chacun pourra agir en fonction de ses seuls intérêts.

Secundo. Si le projet n’atteint pas la rentabilité souhaitée, c’est l’opérateur investisseur qui en supportera les risques, pas la Gécamines. En tant que seul responsable des opérations, cela semble, pour elle, totalement justifié. Ainsi les partenaires de la Gécamines seront particulièrement incités à tout faire pour ne pas dépasser les OPEX et CAPEX convenus, car ils seront les seuls pénalisés.

« C’est le principe du Cost Stop qui limite le remboursement. Cette innovation renverse la charge du risque sur l’investisseur, qui sera seul comptable de ses choix opérationnels et de financement, et réintroduira une dynamique industrielle dans le projet, que nous espérons vertueuse », a souligné Albert Yuma.

Vue de l’assistance au breakfast Gécamines écoutant religieusement Albert Yuma.

Tertio. Si les cours des matières premières évoluent favorablement, le partage du surplus dégagé par rapport aux hypothèses de base sera réparti par paliers sur une base plus favorable à la Gécamines au fur et à mesure que le prix augmentera. Les deux parties y gagneront toujours, a – t – il souligné, mais pas dans les mêmes proportions. C’est le principe du R-Factor retenu pour répartir le profit minerals. Ce dernier est calculé sur la base des coûts cumulés et des revenus cumulés de l’investisseur. Il est donc parfaitement transparent.

Dans toutes les hypothèses testées à la suite de la modélisation faite avec le concours des experts notamment de Ernest & Young, les résultats de ce modèle aux trois principes sont supérieurs à ceux de notre modèle traditionnel de JV qui fait engranger des pertes à l’Etat et à la Gécamines.

« Nous ne pouvons plus nous permettre d’alimenter l’industrie mondiale avec nos minerais pour un résultat aussi minime que celui que nous constatons aujourd’hui. Que nous restera-t-il demain pour assurer notre développement quand notre sous-sol aura été vidé de sa substance ? Rien. C’est pourquoi, dès à présent, nous souhaitons prendre les mesures nécessaires pour garantir que nous profiterons réellement des fruits de notre sous-sol », a insisté Albert Yuma.

A RE(LIRE) : Gécamines, vers le rééquilibrage de ses partenariats !

A ce breakfast international, des opérateurs et investisseurs miniers, des partenaires de la RDC, la délégation des parlementaires congolais avec à sa tête le Sénateur Evariste Mabi Mulumba et le Député Patrick-Thierry Kakwata, certains mandataires publics, la presse tant locale et internationale, et tant d’autres invités de marque y ont pris part.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

A RE (LIRE) AUSSI :

RDC : Avec le Cobalt, le Trésor pourrait encaisser 20 à 30 milliards USD d’ici 2028 !

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :