Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : les trois chiffres-clés du programme de gouvernance de Felix Tshisekedi

Published

on

Mobiliser 86,71 milliards de dollars des ressources budgétaires, augmenter le revenu moyen du congolais à 4 288 dollars américains et générer une croissance économique forte de 25% par an en moyenne. Tels sont les trois chiffres-clés du programme de gouvernance de Felix Tshilombo Tshisekedi étalé sur dix ans, soit la durée de deux mandats. Ce candidat président de la République a exprimé son ambition de faire accéder la RDC et son peuple au mieux-être.

Devant les militants et plusieurs personnalités invités dans la grande salle de Béatrice Hotel de Kinshasa, le président national de l’UDPS a appelé au rassemblement autour de son programme afin de réaliser le rêve commun : celui de l’éradication de la pauvreté, le plus vite possible. D’où, a – t – il insisté, la nécessité d’en faire une grande cause nationale de la RDC.

Trois piliers pour sortir de la pauvreté

« Nous allons mobiliser toutes les énergies, tous les moyens de l’Etat et tous les appuis extérieurs pour les faire converger vers le destin commun dont la réalisation va reposer sur trois piliers », a déclaré Felix Tshisekedi.

D’après lui, le premier pilier est l’Homme. Son programme considère les 80 millions de congolais comme le principal facteur, mieux encore le moteur de développement du pays. Le deuxième pilier, a – t – il révélé, est la croissance économique.

« Je veux d’une croissance économique forte, soutenue de 25% par an en moyenne qui sera créatrice d’emplois et protectrice de l’environnement alors que dans le même temps notre population va croître de 3% en moyenne par an », a précisé le candidat président de la République sans schématiser le mécanisme à mettre en place pour y arriver.

Quant au troisième pilier qu’est une société solidaire, Felix Tshisekedi s’est dit prêt à sceller, avec le peuple congolais, un pacte social pour bâtir une société solidaire et garante de la cohésion nationale.

Un programme pour deux mandats

« Mon programme sera réalisable dans dix ans, si, au bout de cinq ans, vous voulez bien m’accorder à nouveau votre confiance. Il poursuit des objectifs concrets et raisonnables en faveur du grand nombre », a souligné le président de l’UDPS sous les ovations des militants.

Partant du revenu moyen d’un congolais de 458 USD par an en 2018, soit 1,25 USD par jour alors que la contribution du PIB au budget annuel est de 5 milliards de dollars US, Felix Tshisekedi ambitionne de porter cet indice à 4 288 USD par an, soit 11,75 USD par jour. Cette action a pour finalité de sortir la nation de la situation indigne dans laquelle elle se trouve plongée et de la faire accéder au bien-être.

« Pour assurer le coût de ce programme, nous mobiliserons une enveloppe budgétaire de 86,71 milliards USD, soit 25% du PIB, qui sera réparti sur dix ans », a – t – il insisté.

Paquet de réformes majeures

Bien plus, Felix Tshisekedi promet de faire de l’assainissement du climat des affaires en RDC un atout majeur pour son développement socio-économique. Aussi, s’engage – t – il à placer la redistribution équitable du revenu au cœur de la nouvelle politique économique à  impulser et dont l’axe central est la promotion d’une société à la fois performante et solidaire.

« De même qu’on ne peut redistribuer ce qui n’a pas été préalablement produit, il est inadmissible qu’une caste de privilégiés s’accapare de la quasi-totalité des revenu national, fruit du travail de tous, chacun pour sa part », a précisé le candidat de l’UDPS à la présidentielle.

Ce programme de gouvernance, inspiré du projet de société de l’UDPS, prévoit également un paquet de réformes à l’effet de respecter les vertus de la démocratie ; renforcer les institutions de l’Etat et améliorer la gouvernance administrative ; rendre le pouvoir judiciaire indépendant du pouvoir exécutif et du législatif ; extirper la corruption, la concussion, l’ethnicisme, le tribalisme, le clientélisme ; et, toutes les dérives de gouvernance.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Advertisement

Edito