Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : La justice requiert à la TMB le gel de 30 comptes bancaires des responsables de la BIAC

Published

on

URGENT – Pour des raisons d’enquête, l’Avocat Général de la République requiert à la Banque TMB le gel jusqu’à nouvel  ordre des comptes bancaires et les avoirs dans ses livres de 30 personnes morales et physiques responsables de la BIAC. Cette action fait suite à l’instruction ouverte par le PGR sous le numéro D.023/41540/PGR/NKM à la suite de la plainte lui déposée par le Gouverneur de la Banque Centrale le 30 mai relatif à la mégestion de la BIAC.

En plus des sept personnes physiques citées dans la plainte de la BCC, à savoir : Charles Sanlaville (PCA), Elwyn Blattner (Administrateur), Michel Losembe (DG), Melotte Robert (Directeur), Michael Blattner (Administrateur), Blaise Mbatshi (Administrateur) et Edouard Mambu (Administrateur), vingt – trois entreprises faisant partie de leurs propriétés constituent la cible de cette réquisition de l’Avocat Général de la République, Joseph Nsabua Kapuku.

Dans le lot de ces entreprises figurent : ITAL MOTORS sarl, GETMA TRANSPORT MULTIMODAL, SOCIETE DE TRANSPORT ROUTIER (NRJ), COBEGA, COBRA, Compagnie Africaine d’Aviation (CAA), SAFRICAS, SIFORCO et tant d’autres dont les comptes sont gelés jusqu’à nouvel ordre pour des raisons d’enquête.

Cette action est un coup dur pour ces sociétés qui verront leurs activités tourner au ralenti, à la limite bloquées par manque de financement. C’est le cas de CAA par exemple qui ne pourra pas payer les droits à la RVA ou alors s’approvisionner en carburant. A moins qu’elle ne procède à des encaisses et des paiements au comptant.

Des sources proches du dossier indiquent que la même réquisition serait adressée à toutes les autres banques commerciales en RDC. Ainsi, les actifs de la famille Blattner (l’une des plus riches du pays) sont mis sous séquestre.

Pour la BCC initiatrice de la démarche, ce gel des comptes bancaires et avoirs  des concernés ainsi que ceux de leurs sociétés apparentées favoriserait la protection de l’épargne public.

Dans sa plainte, la BCC dénoncé à charge de ces propriétaires et gestionnaires des actes de mégestion ayant suscité la banqueroute de la BIAC, avec pour conséquence, la dilapidation de l’épargne public collecté au sein de cet établissement bancaire.

« Ces faits mérites des sanctions pénales au regard des articles 27, 79, 80 et de la loi bancaire [loi 003/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des Etablissements de Crédits] sans préjudice des poursuites pour d’autres infractions de droit commun, du genre escroquerie, abus de confiance vis – à vis des épargnant, faux et usage de faux en écritures », a – t – elle estimé.

Nous y reviendrons.

Zoom Eco

A RE(LIRE) : RDC : BIAC, les dirigeants visés par une plainte de la BCC pour mégestion

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito