Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Cité du fleuve, les ouvriers réclament des arriérés de salaire

Published

on

Les travailleurs journaliers, constructeurs des maisons dans la Cité du fleuve à Kinshasa, ont séché les travaux mercredi 8 juin. Ils réclament leurs arriérés de salaires de deux mois pour les uns, de trois mois ou plus pour les autres. Les responsables de la Cité du fleuve se disent étonnés de ce mouvement de grève qui a spontanément démarré dans la matinée de ce mercredi. Pour eux, la situation n’appelait pas à la grève.

Des reporters de Radio Okapi ont rencontré un groupe de travailleurs à l’entrée de la Cité du fleuve situé dans le quartier Kingabwa au bord du fleuve Congo. Tous lançaient des cris et réclamaient leurs salaires :

« Nous réclamons notre salaire, c’est ça le problème. Nous avons fait 3 mois, 2 mois sans être payés… »

Un des manifestants tente d’expliquer cette accumulation d’arriérés de salaire :

« Il nous arrive de travailler tout un mois. Et à la fin on ne nous payera que le 28 ou le 29 du mois suivant. Mais, cette fois-ci, nous sommes allés comme ça 3 mois, 4 mois sans être payés.»

Mais un des responsables du chantier, qui n’a pas voulu s’exprimer au micro de Radio Okapi, a tout de même affirmé que la situation n’appelait pas à la grève car «ces travailleurs n’accusent qu’un seul mois d’arriérés de salaire.»

De leur côté, les travailleurs ont réfuté cette affirmation :

«Ce n’est pas vrai… Mais ils sont là… ils sont là. C’est nous qui travaillons. Ils ne peuvent que se justifier ainsi. C’est trois mois, deux mois que nous ne sommes pas payés.»

Toutefois, ce responsable affirme que la situation pourrait être décantée jeudi 9 juin, sans autres détails. En attendant, nombreux sont ces observateurs qui veulent savoir où sont les Inspecteurs du Travail sensés s’occuper de ce type de dossier.

RO/Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito