Connect with us

a la une

RDC : les sept défis du gouvernement de coalition FCC-CACH

Published

on

RDC : les sept défis du gouvernement de coalition FCC-CACH 1

[EDITO] – Aussitôt investi, le gouvernement de coalition FCC-CACH devrait s’attaquer aux défis majeurs de développement qui constituent les principales orientations de la vision du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. D’où, la nécessité d’avoir des « vertébrés-patriotes » au sein de l’équipe gouvernementale Ilunkamba.

En effet, l’action de ce gouvernement qui n’a pas droit à l’erreur doit se fonder sur les acquis politiques, économiques et financiers tangibles pour accélérer de la croissance économique inclusive et durable, laquelle sera créatrice de richesses et d’emplois massifs.

Dans le lot de ces défis, sept principaux font parties des orientations du président de la République. Il s’agit entre autres de :

  • l’amélioration et le renforcement de la gouvernance dans tous les secteurs, par la lutte contre la corruption ;
  • le développement du secteur agricole ;
  • la diversification et la transformation de l’économie ;
  • le développement et la modernisation des infrastructures de base dans le secteur des transports et communications ;
  • la promotion du développement social par la réhabilitation des hôpitaux et des écoles ;
  • l’amélioration de la desserte en eau potable et en électricité, à travers des projets intégrateurs, notamment INGA 3 ;
  • la valorisation des ressources humaines, par la création des emplois pour les femmes et les jeunes.

Relever ces défis et réaliser les projets qui s’y rapportent exigent à l’exécutif national d’énormes efforts pour poursuivre le maintien de la stabilité macroéconomique dans un contexte de reprise de la croissance économique.

D’après des experts, cela obligerait notamment le futur gouvernement Ilunkamba une gestion rigoureuse des finances publiques, la mise en œuvre des réformes courageuses visant une mobilisation plus accrue des recettes internes de l’Etat et l’amélioration du climat des affaires pour attirer les investisseurs.

Par-dessus-tout, la transparence et l’efficacité dans la gestion axée sur base des résultats, la prise de sanctions positives ou négatives à l’endroit des membres du gouvernement ainsi que la redevabilité permanente de l’action gouvernementale devraient être de rigueur.

A RE (LIRE) : les trois signes distinctifs d’un gouvernement du «changement»

Face à un peuple de plus en plus exigeant, commentent des analystes, tout celui qui ne serait pas en mesure de traduire en acte la vision du chef de l’Etat en donnant des résultats attendus de lui en temps opportun, devrait être écarté pour déficience. D’où, la nécessité de la charte de bonne conduite et du pacte de bonne gouvernance à faire signer à tous les membres du gouvernement.

Si les deux leaders politiques de la Coalition politique, Félix Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila, veulent réellement remettre ce pays sur la trajectoire du développement, il leur est vivement conseillé de bénir ce schéma. Toufois, ils ont quatre ans et six mois pour rendre compte au peuple congolais.

Emilie MBOYO       

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement