Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : climat des affaires, la nécessité d’adopter un document de stratégies des réformes

Published

on

Des voix s’élèvent au sein du secteur privé congolais pour préconiser l’adoption d’un document des politiques et stratégies des réformes du climat des affaires afin d’inscrire, dans la durée, la mise en œuvre coordonnée des efforts. A la Fédération des entreprises du Congo (FEC), l’on estime que cela permettrait au pays d’engager des réformes inclusives, plus étendues et en profondeur avec des perspectives des résultats probants.

En effet, l’amélioration du climat des affaires n’est pas un slogan et ne devrait pas se limiter à l’appréciation de seuls indicateurs « Doing business » sur lesquels veille l’Agence nationale pour la promotion des investissements (Anapi). Des spécialistes soutiennent que le bon climat des affaires se mesure surtout dans les actes qui accompagnent le quotidien des opérateurs économiques dans un pays.

En RDC, il y a donc nécessité de redoubler d’efforts pour que le pays ne soit plus à la traîne et moins attractif. L’action à mener, dans la continuité des acquis présents, devrait permettre aux investisseurs sérieux, nationaux ou étrangers d’apporter leurs capitaux frais pour investir en RDC.

Au cours de son assemblée générale ordinaire pour l’exercice 2018, la Fédération des entreprises du Congo (FEC) n’a cessé de crier sa désapprobation par rapport à des nombreux cas qui ne favorisent pas l’amélioration du climat des affaires pourtant souhaitée par tous.

Quelques cas frappants

Le président de la FEC, Albert Yuma a cité la transformation de l’Office national du café (ONC) en l’ONAPAC, avec l’extension abusive de ses interventions sur un grand nombre des produits agricoles, autres que le café. Ce qui, selon Albert Yuma, crée un sérieux problème de double emploi avec d’autres services publics en matière de contrôle comme l’Office congolais de contrôle (OCC), les services de quarantaine de l’agriculture, de l’hygiène et autres.

Un problème qui, s’il n’est pas bien géré, risque d’aggraver la situation actuelle de la RDC qui se trouve être une importatrice nette de denrées alimentaires. Ce qui constitue, au vu de son potentiel en terres cultivables et arables, un scandale mais surtout un risque économique et social.

Cette décision de transformer donc l’ONC en l’ONAPAC n’a fait qu’ « inciter les opérateurs économiques à se verser dans l’informel et pousser le gouvernement à recourir aux importations et en devises étrangères, alors que la législation devrait être adaptée pour favoriser l’émergence d’entreprises agro-alimentaires de taille industrielle, comme nous en faisons écho régulièrement auprès des ministres successifs en charge du secteur ».

Le maintien et l’extension de la perception de la Redevance logistique terrestre (RLT) ne favorise pas non plus l’amélioration du climat des affaires. Cette taxe instaurée pour le renouvellement du matériel roulant sur une période de deux ans au port de Matadi a été élargie dans presque tous les postes frontaliers, même là où il n’y a pas de voie ferrée. Ce, en dépit de son caractère illégal.

A RE(LIRE) : 16 orientations stratégiques d’une politique d’investissement efficiente !

Enfin, interpelle la FEC, le monde des affaires ne peut se développer suite aux multiples contrôles économiques illégaux et irréguliers notamment ceux effectués par les services non habilités tel que l’inspection générale des finances, la police, le parquet, l’ANR, motivés par la recherche des gains faciles du fait de la prime des « aviseur ».

Au-delà de l’interpellation, le patronat congolais a également fait des propositions aux autorités compétentes. Elles constituent des pistes de solutions aux problèmes auxquels les entreprises sont confrontées et visent l’amélioration de l’environnement au sein duquel ces dernières opèrent.

Olivier KAMO

Sur le même sujet :

Anthony Nkinzo : « Au-delà de Doing Business, nos reformes visent à améliorer le climat des affaires »

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito