Connect with us

a la une

RDC : 8 000 machines à voter brûlées, 12 millions USD partis en fumée !

Published

on

RDC : 8 000 machines à voter brûlées, 12 millions USD partis en fumée ! 1

[ANALYSE] – L’impact financier des dégâts causés sur les machines à voter, ce jeudi 13 décembre 2018 à Kinshasa de suite d’un incendie dont l’origine reste encore inconnue, se chiffre à 12 millions de dollars américains. Ce qui représente exactement un effectif de 8 000 engins de vote sans compter leurs accessoires externes. La CENI qui rassure de la poursuite du processus électoral s’emploie à trouver une solution alternative.

En effet, s’il faut considérer le prix unitaire de 1 500 USD la pièce, les 8 000 machines à voter incendiées entre deux heures et six heures du matin causent à l’Etat une perte financière de 12 millions USD.

Si pour les machines à voter une indication chiffrée officielle existe, les prix des autres matériels ne l’ont pas d’autant plus que personne ne sait à quel prix exactement la CENI les a acquis. C’est le cas des isoloirs, les encres indélébiles, les kits bureautiques et les 9 000 batteries externes.

Toutefois, les simulations des observateurs fondées sur les prix appliqués sur le marché local indiquent que les 800 motos coûteraient 800 000 USD (à raison de 1 000 USD la pièce) et les 15 véhicules reviendraient à 675 000 USD (à raison de 45 000 USD l’unité).

A tout prendre, c’est environ 15 millions de dollars américains que l’Etat congolais aurait perdu en quelques heures. Sans compter les dégâts causés sur le bâtiment et autres supports d’aménagement.

A RE(LIRE) : incendie de l’entrepôt, la CENI dresse le bilan provisoire !

Au-delà de la polémique qui s’installe entre les différents camps politiques pour déterminer les auteurs de ce coup fourré contre la République pour des fins visiblement tendant à retarder le processus électoral, la CENI se dit plus que déterminée à poursuivre le déroulement de son calendrier.

Toutefois, des observateurs restent sur leur soif quant la question de savoir que ferait la CENI, à neuf jours scrutins, pour permettre à environ 70% de l’électorat kinois d’aller aux urnes le 23 décembre prochain.

A ce sujet, la Corneille Nangaa a rassuré que la CENI disposait suffisamment de machines à voter de rechange qui avaient déjà été déployées en provinces. Elles vont être ramenées rapidement à Kinshasa.

Dans cette hypothèse, s’interrogent certains analystes, qu’adviendraient-il aux sites de votes de l’intérieur du pays qui verraient certaines de leurs machines tomber en panne le jour du vote ? Combien de machines de vote de rechange resteraient ils aux sites de votes disséminés à travers le pays? La CENI pourrait – elle décider, souverainement, du report total ou partiel des scrutins ?

Des réponses à ces questions sont en cours d’examens depuis ce matin au siège de la CENI. Pour d’aucuns, la complexité de cette situation est visiblement un cas de figure que les techniciens de la centrale électorale n’avaient pas prévus.

La solution de rechange et/ou le plan B définitif de la CENI va certainement être annoncée au peuple congolais dans les prochaines heures.

Si les élections peuvent être récupérées, les 12 millions de dollars américains investis par l’Etat congolais sont irrécupérables. D’où, la nécessité des enquêtes approfondies afin de définir l’origine de l’incendie, d’identifier les auteurs de cet acte soupçonné de criminel et d’en tirer les conséquences qui s’imposent.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

SUr le même sujet :

RDC : après l’incendie de son entrepôt, la CENI rassure de la tenue des élections !

Edito

Advertisement