Connect with us

a la une

RDC : le franc congolais a perdu 6,76% de sa valeur sur le segment parallèle

Published

on

RDC : le franc congolais a perdu 6,76% de sa valeur sur le segment parallèle 1

Le franc congolais a perdu 6,76% de sa valeur sur le segment du marché parallèle du 1er janvier au 30 avril 2020. Le Comité de politique monétaire (CPM) a relevé une accélération de la dépréciation de la monnaie nationale au cours du mois d’avril. Rien que pour ce mois, le taux de dépréciation a été de 4,8% pour se situer à 1 850,83 CDF le dollar américain au départ de 1 761,9 CDF le dollar américain. 

Cette situation se justifie notamment par le conjoncture marquée par les effets néfastes de la crise sanitaire sur l’économie nationale. La fermeture des frontières non seulement de la Rd Congo mais aussi de plusieurs pays du monde avec comme conséquence l’arrêt des trafics aériens.

Dans ce contexte, les banques commerciales de la Rd Congo qui ont souvent l’habitude d’importer des devises conformément aux normes financières internationales éprouvent actuellement des difficultés à le faire pour répondre aux besoins de leurs clientèles respectives, surtout des opérateurs économiques en ce moment où les besoins en importations des biens ne cessent d’accroître. 

Il y a lieu d’indiquer qu’à l’interbancaire, le taux de dépréciation mensuelle du franc congolais aura été de 1,08% alors qu’en rythme annuel la monnaie nationale a perdu 3,04% de sa valeur depuis fin décembre 2019. 

Afin de mettre fin à cette pénurie conjoncturelle des dollars américains qui accentue la dépréciation du franc congolais sur le marché de change, le Gouvernement s’est accordé avec la Banque centrale pour procéder à une vente des devises aux banques commerciales. 

D’après une source crédible, la Banque centrale s’est déjà lancé dans la préparation de cette opération de vente des dollars américains au secteur bancaire local. L’enjeu consiste pour elle à évaluer, en collaboration avec les banques, les besoins en devises des opérateurs économiques pour les importations des biens de l’étranger.

De cet exercice, la BCC pourra, in fine, déterminer le montant en devises nécessaires pour stabiliser le taux de change sur le marché.

En d’autres termes, le calibrage de tous les instruments se fera normalement ce week-end. Il implique la hauteur de la liquidité à ponctionner par la vente de devises, des bons BCC et des Bons du trésor à émettre pendant une période d’échange fiscale.

A RE(LIRE) : la Banque centrale pourrait vendre des devises aux banques commerciales !

« Dans un contexte caractérisé par le risque d’une accentuation des pressions sur les marchés de change et des biens et services, suite aux incertitudes quant à la maitrise de la pandémie du Covid-19, le CPM a décidé d’élargir la fourchette d’appels d’offres du Bon BCC afin de ponctionner davantage la liquidité excédentaire. aussi, a-t-il envisagé la possibilité de procéder à des interventions sur le marché de change », indique un communiqué officiel.

D’autres instruments de la politique monétaire sont maintenus à leur niveau. C’est le cas du taux directeur qui est demeuré à 7,5% et les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme respectivement à 13% et à 12% ainsi que ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 0%.

Eric TSHIKUMA

Sur le même sujet :

RDC : trois indicateurs du cadrage macroéconomique en déphasage avec les prévisions 2020

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement